Plusieurs médias ont publié des clichés du futur SUV à hydrogène de Hyundai, alors qu’il circulait aux abords du centre technique de la marque en Europe. Ce n’est pas vraiment un scoop, car ce véhicule a déjà été dévoilé en statique – et même exposé dans la foulée – à Séoul, en août dernier. A quelques semaines de sa présentation officielle, on peut juste indiquer que Hyundai peaufine sa mise au point.

Sur un plan technique, on sait que ce SUV va intégrer une technologie de pile à combustible de quatrième génération.  Les ingénieurs ont travaillé sur l’ensemble du groupe motopropulseur, à la fois sur le rendement de la pile, la puissance maximum, la longévité et la densité de stockage du réservoir.

Par rapport à son prédécesseur, le futur modèle affiche un rendement de 60 %, soit 9 % de plus que l’ix35 Fuel Cell (55,3 %). S’agissant de l’autonomie, Hyundai avance 580 km selon le cycle de test pratiqué en Corée. On note également une augmentation de 20 % de la puissance, avec 163 ch sous le capot. Le constructeur coréen évoque également de meilleures performances lors des démarrages à froid, le SUV à hydrogène pouvant supporter des températures jusqu’à -30°C. Hyundai a globalement progressé sur la pile à combustible, en optimisant l’assemblage de la membrane à échange de protons et des plaques bipolaires, ce qui a permis d’améliorer la performance, tout en réduisant les coûts de production.

Pour le stockage de l’hydrogène, trois réservoirs de taille identique seront logés dans le véhicule, contre deux de taille différente dans l’ancien modèle. Cette évolution a été rendue possible par un gain en matière d’épaisseur.

Il faudra attendre le CES de Las Vegas, en janvier prochain, pour avoir le nom de ce modèle et la confirmation des données techniques.