Prévu pour entrer en service en 2019, le futur bus à haut niveau de service de l’agglomération de Pau – qui aura la particularité d’être alimenté à l’hydrogène – aura pour nom Febus. Censé symboliser l’avenir, il puise ses origines dans le passé local.  Comme l’a expliqué François Bayrou, le maire de Pau, « il y a 600 ans, un visionnaire qui avait toutes les audaces, Gaston III de Béarn, choisit de s’appeler Febus et entrera sous ce nom dans l’histoire ».

Le futur bus va transformer l’environnement urbain. Il aura notamment pour avantage d’être silencieux. Ce sera d’ailleurs le premier bus à haut niveau de service de 18 m de long à rouler à l’hydrogène. Cette énergie propre, qui ne rejette que de la vapeur d’eau, garantit un plus grand rayon d’action en mode zéro émission par rapport à la batterie. Ce projet fait appel au constructeur de bus Van Hool et à l’énergéticien ENGIE.

Autre atout de ce futur bus propre : il proposera à l’intérieur des matériaux naturels (cuir, bois) et s’ouvrira à l’extérieur avec de grandes fenêtres.

La ville de Pau va entamer des travaux jusqu’à la fin de l’année pour préparer l’arrivée de Febus. Le futur bus à hydrogène commencera à rouler à l’automne 2019.