Le Président serait-il en train de céder aux sirènes de l’hydrogène ? Intervenant lors d’une conférence sur le financement de la croissance durable, qui se déroulait à Bruxelles à la Commission Européenne, Emmanuel Macron a déclaré vouloir engager résolument la France dans une « révolution des transports » en généralisant les véhicules électriques et à hydrogène et en convertissant les flottes de poids lourds au gaz. « C’est une stratégie nationale que nous avons engagée, a rappelé le chef de l’Etat. Elle doit aussi s’accélérer sur le plan Européen ».

Pour Emmanuel Macron, ces solutions doivent être appliquées « à l’échelle ». Ce qui signifie pour lui à l’échelle de l’Europe et même du monde. Il a souligné que les fléchages n’étaient pas les bons en matière d’investissements publics.

Cette déclaration va sans doute ravir les partisans des filières de l’hydrogène et du GNV (gaz naturel véhicule). Elle montre que la France ne mise pas sur la seule solution du véhicule électrique à batterie.