Ce jeudi à Tours, une conférence se tient sur le thème de l’hydrogène à l’initiative de la région Centre Val de Loire. Cette dernière souhaite, comme d’autres régions de France (Auvergne-Rhône-Alpes, Bourgogne-Franche Comté, Normandie, Occitanie…), se lancer dans ce type d’énergie, à la fois pour le stationnaire et la mobilité.

Par exemple, la région soutient un projet qui s’appelle METHYCENTRE. Il s’agit de produire de l’hydrogène à partir d’un biogaz, issu lui même de la fermentation d’origine agricole. Ces deux carburants décarbonés pourraient être utilisés ensuite par des véhicules, les uns roulant à gaz, les autres à l’hydrogène. Le projet est coordonné par STORENGY et se fait en partenariat avec le CEA, Areva H2 GEN, Atmostat et Prodeval.

Au sud de Tours, près de l’autoroute A10, la communauté de communes Touraine Vallée de l’Indre veut pour sa part installer sur une zone d’activités (ISOPARC) une station à hydrogène. Disponible en septembre, elle proposera de l’hydrogène vert, issu d’énergies renouvelables. Elle servira à alimenter des utilitaires (Kangoo H2 équipés par Symbio), qui seront une quinzaine. La station pourra aussi à terme permettre à des automobilistes de passage (roulant en Toyota Mirai ou tout autre véhicule) et à des routiers (quand le camion à hydrogène arrivera) de faire le plein. Et la même communauté de communes veut aussi faire rouler une benne à ordures à l’hydrogène. La station a donc une utilité.

La métropole de Châteauroux souhaite également s’équiper d’une station à hydrogène et de voitures.

Il est à noter que ces deux communautés de communes souhaitent également proposer des vélos à hydrogène en combinant la Loire à vélo et l’Indre à vélo. Leur ambition est de porter le projet VELHYRE, retenu dans le cadre de l’appel à projets Territoires Hydrogène et auquel la métropole de Tours a renoncé. Pragma Industries participe à la conférence.

L’ambition de la région Centre Val de Loire est de devenir elle aussi une vallée de l’hydrogène. Elle dispose sur son territoire de compétences avec d’une part le CEA, des labos de recherche et des industriels dont Powidian (solutions autonomes de stockage d’électricité), Raigi (réservoirs de stockage) ou encore Plastivaloire (qui pourrait demain fabriquer des plaques bipolaires pour les piles à combustible).

L’événement de ce jour bénéficie du soutien de l’AFHYPAC.