Les médias n’y auront accès que demain pour découvrir les nouveautés, mais un premier événement était organisé aujourd’hui au nouvel espace Mondial.Tech. Baptisé Tomorrow in Motion, il a permis à des représentants de la technologie, du transport et de l’énergie de s’exprimer sur la mobilité du futur.

Une table ronde sur la mobilité durable accueillait notamment Isabelle Kocher, directrice générale d’ENGIE, et Anne Hidalgo, la maire de Paris. La première a expliqué que le véhicule électrique à batterie pouvait vite impacter le réseau électrique, avec les bornes, et qu’elle croyait davantage à l’hydrogène. Et ce, d’autant plus qu’ENGIE sait faire de l’hydrogène vert d’origine renouvelable. La dirigeante a souligné que cette solution marche très bien avec les bus et qu’elle a du potentiel aussi avec le transport de marchandises. Pour sa part, Anne Hidalgo a déclaré repenser l’utilisation des bornes de l’ancien service Autolib’. Visiblement, elle ne serait pas contre d’installer des points de distribution d’hydrogène. Elle a cité la station de l’Alma qui alimente les taxis Hype. La maire de Paris pense que l’hydrogène est une solution complémentaire de la batterie.

Un discours qui semble porter. Le PDG de Transdev, Thierry Mallet, a annoncé que c’était une solution possible, à condition que la pile à combustible devienne plus abordable et que des stations soient disponibles.