Ouvert en octobre 2018, l’appel à projets « Ecosystèmes de mobilité hydrogène » a rencontré un véritable succès. 24 projets ont été déposés pour cet AAP, représentant un investissement potentiel de 475 millions d’euros. Des Hauts-de-France à l’Occitanie en passant par la Bretagne et le Grand Est, des candidats sont recensés dans toutes les régions métropolitaines couvrant ainsi le territoire de manière large et homogène.

Sur l’ensemble de ces projets, l’ADEME en a sélectionné 11 en se basant sur 3 critères d’évaluation : la performance environnementale, la justification des usages de l’H2, la maturité des projets.

Ces 11 projets sélectionnés vont maintenant faire l’objet d’une instruction approfondie pour évaluer plus précisément les montants des soutiens publics qui leur seront accordés. Voici la liste :

AUXR_H2: La Communauté de l’Auxerrois souhaite engager l’exploitation d’une flotte de 5 bus électriques à hydrogène. Le projet inclut également l’acquisition d’une dizaine d’utilitaires électriques hydrogène pour les besoins d’une entreprise de BTP régionale.

DS Energhy: Dijon Métropole poursuit ses actions en faveur de la réduction de la pollution atmosphérique et sonore en optant pour une flotte de 8 bennes à ordures ménagères hydrogène. Deux poids lourds et 14 utilitaires seront aussi déployés par les partenaires du projet. L’hydrogène sera produit localement à partir d’électricité issue de l’Unité de Valorisation Énergétique des déchets.

EFFI H2 VANNES: Le syndicat Morbihan Energie s’associe avec des partenaires privés pour investir dans une unité de production locale d’hydrogène pour des besoins industriels et différents usages en mobilité professionnelle (ambulances, véhicules sanitaires légers, taxis).

FEBUS: La Communauté d’Agglomération de Pau-Pyrénées, labellisée « Territoire Hydrogène » en 2016, s’est engagée dans un projet de bus à haut niveau de service (BHNS). La technologie hydrogène a été choisie pour l’acquisition des premiers bus articulés de 18 mètres.

HYDREOL: L’Agglomération de Chaumont initie avec ses partenaires une production et distribution locale d’hydrogène. Des minibus, des bennes à ordures ménagères et des utilitaires légers sont visés dans un premier temps, avant un élargissement à un réseau de quatre stations sur le territoire.

HYNOVAR: Dans la périphérie de Toulon, un consortium rassemblé autour de la CCI du Var, porte un projet de navette maritime électrique hydrogène de 200 passagers. Les opérateurs du réseau de transport public de la Métropole Toulon Provence Méditerranée souhaitent également faire l’acquisition de bus électriques à hydrogène pour l’amélioration de la qualité de l’air de la zone.

HYPORT: Le Conseil Régional Occitanie et ses partenaires investissent dans une solution de production et de distribution d’hydrogène articulée autour de l’aéroport Toulouse-Blagnac, desservant à la fois des véhicules sur pistes et des véhicules à usages urbains.

H2 IDF: Le Syndicat d’énergie d’Ile de France SIPPEREC, avec ses partenaires, s’engage dans une logistique de production d’hydrogène à partir de l’électricité produite sur le site de l’unité de valorisation énergétique de Créteil. Cet hydrogène local alimentera des usages naissant en Ile de France : bus, utilitaires légers, bennes à ordures ménagères, taxis.

LAST MILE IDF: Les sociétés Akuo Energy et Ataway entendent déployer 16 stations de production et de distribution d’hydrogène en Ile de France pour alimenter 200 véhicules utilitaires et 80 fourgons à usage professionnel, dont le transport de marchandises.

LUZO: La Communauté d’Agglomération de la Rochelle souhaite valoriser une partie de la production photovoltaïque de l’éco-quartier Atlantech sous forme d’hydrogène pour alimenter une vingtaine de véhicules utilitaires ainsi que des triporteurs. La location de véhicules, la livraison et les services de messagerie sont les applications visés par ce projet.

ZEV: Ce vaste projet porté par le Conseil Régional Auvergne Rhône Alpes et les entreprises Michelin et ENGIE, ambitionne le déploiement à grande échelle de la mobilité électrique hydrogène dans la région, avec 1 200 véhicules et 20 stations dont 14 seront dotées d’électrolyseurs. Il s’agit d’assurer sur un territoire élargi un maillage permettant d’assurer la continuité de déplacement des utilisateurs de véhicules de flottes professionnelles.