Hydrogenious vient de recevoir 17 millions d’euros de la part d’un groupe d’investisseurs, qui ont pour nom Royal Vopak, Mitsubishi Corporation, Covestro et AP Ventures. Cette société basée à Erlangen (près de Nuremberg) et fondée en 2013 a développé une technologie qui a pour nom LOHC, et qui est issue de travaux de recherche universitaire. Le procédé fonctionne sur la base de liquides organiques porteurs d’hydrogène (Liquid Organic Hydrogen Carrier). Il s’agit d’hydrocarbures liquides, qui sont hydrogénés à température élevée pour obtenir de nouvelles molécules, qui sont ensuite conditionnées à basse température pour être facilement transportées et utilisées.

Ce support – du Dibenzyltoluol dans le cas présent – permet de stocker l’hydrogène dans des conditions ambiantes (de – 39 à 390 degrés), et à hauteur de 57 kg par m3. De plus, le stockage peut se faire pendant plusieurs mois sans pertes, assure la compagnie sur son site Internet. L’hydrogène est ensuite libéré par une réaction catalytique à une température de 300 degrés.

La technologie LOHC offre une solution sûre et efficace pour stocker et distribuer l’hydrogène à grande échelle.

La solution d’Hydrogenious intéresse des partenaires, comme Frames Group et MAN Energy. Le premier, qui conçoit des solutions pour les équipements de traitement des énergies renouvelables et du traitement du pétrole et du gaz, sera responsable de la réalisation globale d’une usine d’hydrogénation. Le second, qui est spécialisé dans la conception et la fabrication de systèmes de réacteurs pour applications chimiques et pétrochimiques, fournira le réacteur et un générateur de vapeur. Les trois partenaires vont élaborer des systèmes de production d’une capacité d’hydrogène de 5 et 12 tonnes par jour, afin de répondre aux besoins du futur marché de l’hydrogène en matière de stockage et de transport.

Précisons par ailleurs qu’Hydrogenious est impliqué dans le projet GET H2 (site de power-to-gas) avec des partenaires comme RWE et Siemens entre autres.