L’ACEA (association des constructeurs automobiles en Europe) avait déjà interpellé la Commission à propos du manque de bornes de recharge pour les véhicules électriques. Elle en fait de même pour les stations à hydrogène. Dans un appel conjoint, lancé avec Hydrogen Europe et l’IRU (Union Internationale du Transport Routier), l’association réclame un soutien fort pour la filière. Les signataires font valoir que les véhicules à pile à combustible n’émettent aucune émission et qu’ils peuvent être vertueux sur le cycle global de vie avec de l’hydrogène vert. Le grand atout de cette forme d’électrification est qu’elle répond à des besoins très divers, de la voiture au bateau en passant les trains, et que le plein se fait en quelques minutes.

Toutefois, la filière a besoin d’un support sans faille pour que la technologie soit abordable et pratique à utiliser.

L’appel incite l’Europe à revoir sa directive sur les carburants alternatifs afin d’y inscrire des objectifs chiffrés en ce qui concerne les stations d’hydrogène. Il réclame également des stratégies de déploiement de l’infrastructure au niveau européen et local, en lien avec les plans climat (ce qui n’est pas le cas aujourd’hui). Ces stations pourraient être financées par des outils déjà existant au niveau européens (CEF : Connecting Europe Facility ; projets TEN-T : Trans-European Transport Network) et nationaux. Les industriels réclament enfin un support afin de les aider à rester à la pointe de la technologie, à travers le forum stratégique pour les projets importants d’intérêt européen commun.

Convaincus que l’hydrogène a un rôle à jouer dans une société décarbonée, l’ACEA, Hydrogen Europe et l’IRU appellent à un soutien sans équivoque et à des investissements pour en faire une alternative crédible.