Comme en 1964, le Japon entend bien montrer lors de ces nouveaux jeux olympiques sa puissance économique et technique. L’hydrogène énergie a été sélectionné comme un élément clé de cette démonstration.

Suite à l’accident de Fukushima et à l’arrêt des ses installations nucléaires, le Japon a complètement repensé sa stratégie énergétique et a vu dans l’hydrogène énergie un des éléments de son futur mix énergétique (dans lequel il restera, néanmoins, 20 à 22% de nucléaire et 26% de charbon). Le gouvernement japonais prévoit, de la part des entreprises, dès 2025, plus de 3 milliards de yen par an d’investissements (22 millions d’euros) et plus de 110 000 emplois. La capacité de l’hydrogène à assurer une fourniture d’électricité stable et pour une durée supérieure à celle faisable à partir de batteries est pour beaucoup dans ce choix: en cas de séisme, la fourniture d’électricité à partir d’hydrogène peut permettre de réduire les impacts sanitaires, sociaux et économiques.

Le dispositif prévoit l’installation de 35 stations de recharge à hydrogène dans Tokyo afin de permettre à tout véhicule d’être à moins de 15 minutes d’une station (80 stations et 10 minutes à l’horizon 2025). Les constructeurs automobiles Toyota, Nissan et Honda ont proposé de participer au financement de ces stations, à hauteur d’1/3.

Côté véhicules, le gouvernement japonais prévoit 6 000 véhicules sur les routes en 2020 et 100 000 en 2025. La ville de Tokyo souhaite, également, ajouter plus de 100 bus à hydrogène en vue des jeux de 2020.

Egalement, la ville de Tokyo prévoit d’alimenter le village olympique en électricité et eau chaude par l’installation de piles à hydrogène stationnaires de type ENE-FARM (100 000 pour le village olympique et 50 000 supplémentaires dans la ville). Après les Jeux, 2 gratte-ciels de 50 étages, un centre commercial et une école récupéreront les installations.

Le gouvernement focalise également ses efforts dans la production d’hydrogène bas-carbone, à partir d’énergies renouvelables (solaire, éolien) et récupération des surplus électriques fournis dans le nord du pays pour approvisionner le sud.

Enfin, un volet acceptabilité sociale a été prévu afin de sensibiliser la population aux risques et à la sécurité des équipements et installations fonctionnant à partir d’hydrogène énergie: brochures, séminaires, symposiums, site internet unique regroupant toutes les informations relatives à l’hydrogène.