Dans un communiqué, Renault annonce l’arrivée de deux utilitaires à hydrogène dans sa gamme. Il s’agit du KANGOO Z.E. Hydrogen (qui arrivera en fin d’année) et du MASTER Z.E. Hydrogen (prévu en 2020). Dans son argumentaire, la marque au losange explique que l’hydrogène arrive « comme une solution complémentaire à sa stratégie électrique et hybride ». Et ce, « afin de proposer aux professionnels une nouvelle solution d’accès aux centres villes, en levant le frein de l’autonomie pour certains usages ».

La phrase a de quoi faire sourire. En vérité, cela fait déjà quelques années que Renault propose un Kangoo Z.E H2, équipé à la demande d’une pile à combustible (d’origine Symbio). Le véhicule était exposé dès 2012 au Mondial de l’Automobile. Les équipes de Renault et de Symbio collaborent depuis 2014. A ce jour, plus de 200 Kangoo H2 ont été mis à la route, dont plusieurs dizaines en France. Mais, cette annonce coïncide avec l’arrivée du nouveau Kangoo.

Le constructeur explique que la pile à hydrogène (d’une puissance de 5 kW) fournit l’énergie supplémentaire pour obtenir jusqu’à 3 fois plus d’autonomie par rapport aux véhicules 100 % électriques (plus de 350 km sur les deux modèles), avec un temps de recharge de seulement 5 à 10 minutes. De plus, l’architecture retenue pour l’intégration de la technologie n’empiète pas sur le volume de chargement.

L’annonce de Renault est un signal fort pour la filière. Elle intervient après celle de PSA, qui va lancer des utilitaires à hydrogène en 2021. Cela montre que la technologie est mûre et répond à un besoin du marché. Comme le précise la marque au losange, les véhicules utilitaires électriques à hydrogène sont « particulièrement adaptés aux exigences et usages intensifs des professionnels dans les grandes agglomérations et jusqu’en périphérie des villes : transport et logistique, services municipaux et collectivités locales, courrier express ou spécial… ».