Créée en 2015 à Cannes, la start-up animée par Arnaud Vasquez procède en ce moment à une levée de fonds. Le montant (150 0000 € par le biais de la plateforme ayomi) peut paraître modeste. Mais, ce n’est qu’une première étape avant une levée de fonds plus importante de 2,5 millions d’euros. L’objectif est de disposer de trésorerie en attendant de toucher des aides de l’ADEME et de la région Grand Sud. HySeas Energy propose une « technologie hydrogène disruptive de forte puissance » capable de répondre aux besoins des applications embarquées ainsi qu’aux différentes normes dégagées par l’Organisation Maritime Internationale (OMI) et l’Union Européenne.

La jeune pousse est notamment impliquée dans le cadre du projet Hynovar. Elle doit fournir une chaîne de traction certifiée* aux Bateliers de la Côte d’Azur pour propulser une navette maritime qui assurera un service en mode zéro émission dans le port de Toulon à l’horizon 2021. Le projet porte sur un bateau de 26 m, pouvant accueillir 200 passagers. Il embarquera deux modules de 240 kW, 260 kg d’hydrogène et pourra tenir 10 h en autonomie à une vitesse de 12 noeuds.

La start-up cannoise est également impliquée dans un autre projet baptisé NEAC (Navette Electrique Autonome sur le Canal). Il s’agit là d’une solution de transport autonome maritime ou fluvial, initié par un consortium (en cours de constitution) autour de Caen La Mer, Ports de Normandie, les universitaires de l’UNICAEN et de l’ENSI CAEN. HySeas Energy est en charge de la chaîne de propulsion à hydrogène.

*Certification DNV-GL, du nom du bureau d’homologation commun à l’Allemagne et à la Norvège