2223324_925_kangoo-a-bordeaux2-1200_800x400
Comme l’a révélé avant Noël un article de Sud-Ouest, la société basée à Lormont (Gironde) souhaite procéder à une trentaine de recrutements afin d’accompagner sa croissance.

Voici les principaux projets :

Si tout se passe comme prévu, Hydrogène de France va installer en 2017 une pile à combustible d’une puissance d’1 MW chez Akzo Nobel, à Ambès. Un contrat à 9 millions d’euros, dont la moitié financée par l’Europe. Le chimiste, qui produit de l’hydrogène dans le cadre de la fabrication de pâte à papier, mais ne l’utilise pas sous forme d’énergie, pourrait ainsi produire du courant électrique. La pile permettrait d’alimenter en énergie l’équivalent de 3 000 foyers par an.

A Bordeaux, la société veut mettre en place en 2017 une station service pour les voitures avec Bordeaux métropole et la Région. Elle permettrait d’alimenter la dizaine de Kangoo électriques avec un réservoir à hydrogène et un range extender, qui roulent depuis juin 2015 dans la capitale girondine.

Par ailleurs, comme ce blog l’a déjà mentionné, Hydrogène de France est coordinateur du cluster H2BUS France, fondé en mai dernier, qui regroupe les Autorités Organisatrices des Transports (AOT) et les opérateurs intéressés par le déploiement de bus électriques à hydrogène. Un appel d’offres doit sortir en principe en janvier 2016 du côté de l’Union Européenne pour co-financer ce type de bus. Bordeaux métropole réfléchit à s’équiper de bus à hydrogène en 2017.