Solaris creuse l’écart avec la concurrence dans le bus à hydrogène en Europe

solaris bus à hydrogène europe
Solaris creuse l’écart avec la concurrence dans le bus à hydrogène en Europe

Le fabricant polonais Solaris été sélectionné pour fournir 22 bus à hydrogène Solaris Urbino 12 à Île-de-France Mobilités. De quoi asseoir sa position de leader en Europe sur ce marché.

Avec le soutien de la CATP (Centrale d’Achat du Transport Public), l’opérateur avait lancé un appel d’offres pour l’achat et la maintenance de 22 bus à hydrogène. Un contrat qui s’inscrit dans le cadre des investissements engagés depuis 2018 pour renouveler l’ensemble du parc de bus en Île-de-France. Un programme de renouvellement considéré comme le plus ambitieux et le plus rapide d’Europe.

Selon Solaris, ce nouveau contrat confirme son leadership sur le marché européen des bus à hydrogène. Le fabricant revendique une part de marché de 44,5 % pour 2023 avec 81 unités. Il est visiblement au coude à coude avec Caetano, qui pour sa part avançait une part de marché de 32 % sur le premier semestre de 2023.

Selon l’industriel polonais, de plus en plus d’opérateurs considèrent la technologie hydrogène comme une solution viable pour les transports publics. Les bus à hydrogène Solaris Urbino 12 ont été commandés et livrés à des clients en Autriche, France, Allemagne, Italie, Pays-Bas, Pologne, Slovaquie, Espagne, Suisse et Suède. Le cumul est de 180 véhicules à ce jour. Et à la fin 2023, l’entreprise avait reçu des commandes de 535 véhicules à hydrogène, avec des dates de livraison allant de 2024 à 2026.

Ces performances tranchent avec la situation de Van Hool qui est au bord de la faillite.

Vous utilisez LinkedIn et vous souhaitez suivre l’actualité de l’hydrogène de manière plus régulière ? Alors notre newsletter LinkedIn hebdomadaire devrait vous intéresser. Vous pouvez vous y abonner ici

Cet article vous a plu ? Partagez-le !

à propos de l'auteur

Picture of Laurent Meillaud

Laurent Meillaud

Journaliste automobile depuis plus de 30 ans, suivant les évolutions technologiques, je m'intéresse aussi aux énergies alternatives, dont l'hydrogène que je suis depuis 20 ans. J'ai co-écrit un ouvrage à ce sujet en 2007 avec Pierre Beuzit, ancien patron de la R&D chez Renault. Je collabore également depuis 2016 à la newsletter de France Hydrogène.

Nos derniers articles

Advert here 2