Utilitaires H2 de Stellantis : ils seront produits en France

Le passage à la série se profile déjà. Le Directeur Général Carlos Tavares, a annoncé l’industrialisation à Hordain (hauts-de-France) des fourgons Peugeot, Citroën et Opel en version hydrogène. L’intégration de la pile à combustible ne se fera plus en Allemagne, mais dans l’hexagone.

Jusqu’à présent, c’est le site de Rüsselsheim, chez Opel, qui assurait le montage de la pile dans un atelier pilote. Mais, le groupe va changer son organisation, avec le passage à l’échelle industrielle. Stellantis fait savoir que la production en série de ces utilitaires à hydrogène va se traduire par un investissement de 10 millions d’euros avec un soutien financier de l’Etat français.

Ces véhicules à hydrogène seront assemblés sur la ligne multi-énergie du site qui produit déjà chaque jour les versions électriques et thermiques de ces modèles. Au passage, le site d’Hordain devient le premier du genre du monde à produire au même endroit des utilitaires à hydrogène, électriques et thermiques. Equipés dès le ferrage d’une plateforme renforcée, les modèles H2 suivront ensuite les étapes classiques de la peinture et du montage, sur la même ligne de production que les autres versions, puis rejoindront une nouvelle installation de 8 000 m² entièrement dédiée à leur équipement final.

Une équipe dédiée installera notamment le réservoir, les batteries additionnelles et la pile à combustible sur une ligne de fabrication du site d’Hordain. Ce process permettra de réduire par deux le temps d’adaptation. Dès 2024, la capacité de production sera de 5000 véhicules par an. Des volumes qui devraient faire de Stellantis le premier constructeur en série d’utilitaires à hydrogène.

Cet engagement de Carlos Tavares se situe dans la continuité des annonces faites au Mondial de l’Automobile devant le Président Macron, avec un ancrage industriel en France.

Partagez si vous avez aimé

à propos de l'auteur

Laurent Meillaud

Laurent Meillaud

Journaliste automobile depuis plus de 30 ans, suivant les évolutions technologiques, je m'intéresse aussi aux énergies alternatives, dont l'hydrogène que je suis depuis 20 ans. J'ai co-écrit un ouvrage à ce sujet en 2007 avec Pierre Beuzit, ancien patron de la R&D chez Renault. Je collabore également depuis 2016 à la newsletter de France Hydrogène.

Vous devriez aimer

Laissez un commentaire

H2Today / Seiya Consulting