Toyota exporte sa vision de la société hydrogène en Finlande

Toyota hydrogène Finlande

Toyota, qui défend au Japon une société de l’hydrogène, veut dupliquer ce modèle au sein d’un nouveau centre de recherche en Finlande.

Début août, le constructeur japonais a fait part de son intention d’ouvrir un centre de R&D en lien avec son engagement en championnat du monde des rallyes. Et il a choisi la ville de Jyväskylä, au sud du pays et à 235 km de Helsinki. Située en Finlande centrale, elle est considérée comme la capitale du sport et se distingue par la jeunesse de sa population.

De l’hydrogène pour fournir de l’énergie et de la mobilité

Le rapport avec l’hydrogène ? On y vient. L’industriel japonais veut que ce centre soit une vitrine de l’écologie avec des bâtiments en bois et des mesures pour favoriser la protection de la nature. Et il est écrit aussi que l’hydrogène sera utilisé pour la génération d’énergie ainsi que pour la mobilité. C’est le schéma que Toyota applique dans certaines villes au Japon.

Le centre de recherche TGR-WRT sera utilisé pour les activités en rallye. Il pourra aussi servir pour le développement des véhicules de série. A noter que l’investissement en Finlande se fait par le biais de la fondation Toyota.

Il faut rappeler que Toyota a fait rouler sa Corolla GR à l’hydrogène liquide sur certaines spéciales du rallye d’Ypres en Belgique et que l’ancien pilote Jari-Matti Latvala, directeur de Toyota en WRC, en avait pris le volant.

Cet article sur la société hydrogène que Toyota veut développer en Finlande vous a plu ? Vous voulez en savoir plus sur le groupe ? Alors nos 2 derniers articles sur Toyota devraient vous intéresser. Vous pouvez les lire ici et

Vous utilisez LinkedIn et vous souhaitez suivre l’actualité de l’hydrogène de manière plus régulière ? Notre newsletter hebdomadaire devrait donc vous intéresser. Vous pouvez vous y abonner ici

Cet article vous a plu ? Partagez-le !

à propos de l'auteur

Picture of Laurent Meillaud

Laurent Meillaud

Journaliste automobile depuis plus de 30 ans, suivant les évolutions technologiques, je m'intéresse aussi aux énergies alternatives, dont l'hydrogène que je suis depuis 20 ans. J'ai co-écrit un ouvrage à ce sujet en 2007 avec Pierre Beuzit, ancien patron de la R&D chez Renault. Je collabore également depuis 2016 à la newsletter de France Hydrogène.

Nos derniers articles

carte interactive monde