Un TER à hydrogène expérimenté en Touraine

Même si le Centre Val de Loire n’a pas passé commande d’ un Regiolis bi-mode auprès d’Alstom, la région veut tester un train à hydrogène sur la ligne Tours-Loches qui a été restaurée.

Plusieurs fois annoncée, l’expérimentation d’un TER à hydrogène devrait avoir lieu le 1er février 2023. C’est ce qu’a annoncé le vice-président à la Région Centre-Val de Loire en charge des transports, Philippe Fournié. « C’est un peu symbolique, mais tout cela nous fait avancer », réagit pour sa part le maire de Loches, Marc Angenault, dans la Nouvelle République.

A priori, le test durerait une quinzaine de jours. On ne sait pas à ce stade si le train pourra embarquer des voyageurs. Alstom fournira un exemplaire du train qui a été développé pour les chemins de fer allemands et qui fonctionne à 100 % à l’hydrogène. C’est celui qui a déjà roulé dans les Hauts de France dans le cadre d’une démonstration, organisée par le groupe. Ce type de propulsion permet de faire rouler un train en mode zéro émission, en alternative à une motorisation Diesel.

Pour la France, Alstom développe un train bimode, capable de se connecter aux caténaires sur les lignes électrifiées et de passer à l’hydrogène quand cela est nécessaire. Les essais devraient avoir lieu à partir de la fin 2023, ou en 2024.

Partagez si vous avez aimé

à propos de l'auteur

Laurent Meillaud

Laurent Meillaud

Journaliste automobile depuis plus de 30 ans, suivant les évolutions technologiques, je m'intéresse aussi aux énergies alternatives, dont l'hydrogène que je suis depuis 20 ans. J'ai co-écrit un ouvrage à ce sujet en 2007 avec Pierre Beuzit, ancien patron de la R&D chez Renault. Je collabore également depuis 2016 à la newsletter de France Hydrogène.

Vous devriez aimer

Laissez un commentaire

H2Today / Seiya Consulting