Un revers pour les trains à hydrogène en Allemagne ?

trains hydrogène Allemagne

L’autorité des transports du land de Basse-Saxe (en Allemagne) a annoncé son intention de déployer 102 trains électriques à partir de 2029. La LVNG estime qu’ils sont moins chers que les trains à hydrogène.

C’est potentiellement un coup dur pour Alstom, car c’est cette même autorité qui avait commandé le iLint Coradia, le premier train à pile à combustible du monde pour le réseau EVB. Pas moins de 14 rames circulent sur le trajet reliant Cuxhaven, Bremerhaven, Bremervörde et Buxtehude. « Grâce à une autonomie de plus de 1 000 km, les trains Coradia iLint d’Alstom peuvent fonctionner toute une journée sur le réseau evb, sans émission, grâce à un seul plein d’hydrogène », souligne le fabricant français.

Les trains à hydrogène pas assez compétitif

Oui, mais voilà. Dans un communiqué publié le 26 juillet, LVNG estime qu’il est plus rentable d’électrifier les lignes et de remplacer les trains Diesel par des trains électriques, au lieu de recourir à l’hydrogène. Et l’autorité de transport de Basse-Saxe entend lancer un appel d’offres dès cette année. Les 102 trains qui seront mis en service entre 2029 et 2037 (date à laquelle seuls des trains à zéro émission circuleront sur le réseau entre l’Ems et l’Elbe) proposeront par ailleurs plus de place. Par ailleurs, l’étude de marché de LNVG a montré qu’il est particulièrement économique d’électrifier complètement la ligne Osnabrück – Oldenburg.

Il y a quelques mois, une étude menée à la demande de l’Autorité Organisatrice de Transport de l’Etat du Bade-Wurtemberg NVBW était arrivée aux mêmes conclusions. Le train à hydrogène serait donc trop cher.

Plusieurs énergies au choix

À ce stade, Alstom n’a pas réagi. Le fabricant est présent aussi sur d’autres marchés. En 2020, il avait annoncé une commande de 6 trains, avec une option pour 8 autres, en Italie. Dans ce pays, la Lombardie prévoit de développer une « hydrogen valley » et le Coradia Stream doit desservir les jeux olympiques d’hiver en 2026 à Cortina. Dernièrement, c’est au Québec que le train à hydrogène d’Alstom est entré en service. En France, une commande de 15 trains a été signée. Au total, plus de 40 trains à hydrogène ont été commandés.

S’agissant de l’Allemagne, on peut rappeler que Siemens a également développé un train à hydrogène.

Sur le site d’Alstom, Brahim Soua, responsable du portefeuille de trains régionaux, explique que l’offre est flexible. « Notre solution de traction à l’hydrogène peut ainsi être adaptée à plusieurs modèles de trains différents, mais nous avons également d’autres options à zéro émission directe, comme la traction par batterie », indique-t-il. D’ailleurs, le groupe français vient de décrocher une commande de 40 trains électriques auprès du Land de Schleswig-Holstein (Allemagne du Nord).

Vous voulez en savoir plus sur les trains à hydrogène en Allemagne ? Alors notre dernier article sur le sujet devrait vous intéresser. Vous pouvez le lire ici.

Cet article vous a plu ? Partagez-le !

à propos de l'auteur

Laurent Meillaud

Laurent Meillaud

Journaliste automobile depuis plus de 30 ans, suivant les évolutions technologiques, je m'intéresse aussi aux énergies alternatives, dont l'hydrogène que je suis depuis 20 ans. J'ai co-écrit un ouvrage à ce sujet en 2007 avec Pierre Beuzit, ancien patron de la R&D chez Renault. Je collabore également depuis 2016 à la newsletter de France Hydrogène.

Nos derniers articles

2