Méga alliance en Allemagne dans le transport d’hydrogène

Pas moins de 7 entreprises de la sidérurgie, des infrastructures et de l’énergie ont décidé de se regrouper pour organiser le transport de l’hydrogène dans le nord ouest du pays.

C’est un signe de plus que l’économie de l’hydrogène est en train de se structurer. En tout cas, l’Allemagne avance avec ce projet qui vise à faire de Wilhelmshaven, une ville portuaire de Basse-Saxe, le point d’entrée d’un réseau qui va permettre d’acheminer de l’hydrogène dans les bassins industriels de ce même land et en Rhénanie-du-Nord-Westphalie. L’alliance comprend BP, Gasunie, Nowega, NWO, Salzgitter, Thyssengas et Uniper qui ont signé une lettre d’intention.

A la base, BP et Uniper avaient des projets autour de Wilhelmshaven pour l’importation et la production d’hydrogène. Il est donc proposé que Gasunie*, Nowega, NWO et Thyssengas, qui ont déjà des réseaux de transport de gaz et prévoient d’investir dans l’hydrogène, viennent se raccorder aux tuyaux en cours d’élaboration. Potentiellement, l’hydrogène pourrait être acheminé vers le sud jusqu’à Cologne (400 km), et vers l’est jusqu’à Halmbourg et la région de Hanovre. Dans cette dernière, le producteur d’acier Salzgitter y voit le moyen de bénéficier de ce gaz afin de décarboner son activité.

Pour Thyssengas, « le seul moyen de déployer rapidement une infrastructure est de regrouper ses forces ». « Le réseau pourrait devenir une réalité en 2028, mais il faut un cadre réglementaire et très vite », souligne Thomas Gößmann, son président.

L’alliance considère que ce projet est en mesure de répondre aux attentes du gouvernement allemand qui souhaite atteindre la neutralité en 2045.

*Le groupe construit le système Hyperlink, qui doit également relier l’Allemagne aux Pays-Bas et au Danemark

Cet article vous a plu ? Partagez-le !

à propos de l'auteur

Laurent Meillaud

Laurent Meillaud

Journaliste automobile depuis plus de 30 ans, suivant les évolutions technologiques, je m'intéresse aussi aux énergies alternatives, dont l'hydrogène que je suis depuis 20 ans. J'ai co-écrit un ouvrage à ce sujet en 2007 avec Pierre Beuzit, ancien patron de la R&D chez Renault. Je collabore également depuis 2016 à la newsletter de France Hydrogène.

Nos derniers articles

carte interactive monde