Airspeeder : une F1 volante H2 australienne

Voici un concurrent venu des antipodes pour le français Maca. La société Alauda Aeronautics basée à Adelaïde, a conçu une voiture volante de course qui fonctionne à l’hydrogène.

Et elle prétend bien sûr que c’est une première mondiale. L’engin, qui décolle et atterrit à la verticale (VTOL : vertical take off and landing) revendique une vitesse de pointe de 360 km/h, qu’il atteint en 30 secondes. L’Airspeed Mk4 est doté d’un turbo générateur de 1 000 Kw (1340 ch), alimenté à l’hydrogène et qui fournit du courant aux 4 moteurs électriques. Ce système, baptisé Thunderstrike, utilise un système de combustion dérivé des fusées et qui maintient une température de flamme élevée, tout en réduisant les NOx.

L’Airspeeder peut voler pendant 300 km. De plus, il est équipé d’un système qui permet de manoeuvrer avec très grande précision. On peut voir ici une vidéo.

Ce niveau de performances offre la possibilité de faire des courses. Et c’est précisément ce que vise Alauda Aeronautics, qui annonce la date de 2024 dans le cadre de l’Airspeeder racing series. La firme cherche un industriel qui pourrait devenir partenaire.

La société, qui utilise des techniques d’impression 3D et de l’intelligence artificielle, dispose de designers et d’ingénieurs qui viennent de chez Airbus, Boeing, Ferrari et McLaren. Elle pense qu’un tel engin peut aussi avoir un avenir comme moyen de transport privé.

Cet article vous a plu ? Partagez-le !

à propos de l'auteur

Picture of Laurent Meillaud

Laurent Meillaud

Journaliste automobile depuis plus de 30 ans, suivant les évolutions technologiques, je m'intéresse aussi aux énergies alternatives, dont l'hydrogène que je suis depuis 20 ans. J'ai co-écrit un ouvrage à ce sujet en 2007 avec Pierre Beuzit, ancien patron de la R&D chez Renault. Je collabore également depuis 2016 à la newsletter de France Hydrogène.

Nos derniers articles

carte interactive monde