Thyssenkrupp : des milliards pour l’acier vert

Le groupe a annoncé un projet de plusieurs milliards d’euros pour produire de l’acier à faible émission de CO2 à Duisbourg. Il va déployer une installation dite de réduction directe (DR), qui fonctionnera à l’hydrogène.

C’est l’un des plus gros projets du monde dans le genre. Il devrait éviter à terme l’émission de 3,5 millions de tonnes métriques de CO2 par an. Dans le cadre de ce projet, Thyssenkrupp Steel a sélectionné le groupe SMS (basé à Düsseldorf) pour la conception et la production d’un système de réduction à base d’hydrogène. Un contrat à 1,8 Md d’€. A partir de fin 2026, cette installation pourra générer 2,5 millions de tonnes métriques d’acier décarboné.

A ce stade, le projet est soumis à un accord de la part de l’Europe pour qu’il puisse bénéficier d’aides d’Etat. Le gouvernement fédéral et le Land de Rhénanie du Nord-Westphalie ont déjà annoncé leur soutien financier.

Thyssenkrupp, qui ambitionne de réduire de 30 % ses émissions de CO2 en 2030, entend atteindre la neutralité carbone dans sa production d’acier d’ici 2045 au plus tard.

Partagez si vous avez aimé

à propos de l'auteur

Laurent Meillaud

Laurent Meillaud

Journaliste automobile depuis plus de 30 ans, suivant les évolutions technologiques, je m'intéresse aussi aux énergies alternatives, dont l'hydrogène que je suis depuis 20 ans. J'ai co-écrit un ouvrage à ce sujet en 2007 avec Pierre Beuzit, ancien patron de la R&D chez Renault. Je collabore également depuis 2016 à la newsletter de France Hydrogène.

Nos derniers articles