Piles, stations : Airbus avance sur l’hydrogène

L’avionneur a une actualité forte dans le domaine de l’hydrogène. Il vient de lever le voile sur un système de propulsion par pile à combustible et prépare en parallèle l’arrivée du carburant à l’aéroport de Toulouse-Blagnac.

D’abord, un peu de technique. L’avionneur européen vient de dévoiler l’une des solutions qui pourra intégrer son futur appareil neutre en carbone. Il s’agit d’un moteur électrique basé sur une pile à combustible. Pour élaborer ce système, Airbus s’est associé avec le fabricant de piles ElringKlinger. Les deux entreprises ont d’ailleurs créé pour la circonstance la société Aerostack. Celle-ci participe par ailleurs au projet H2Sky, financé par le gouvernement allemand à hauteur de 26,5 millions d’euros. Alors que les premiers prototypes de piles sont évalués par Airbus à Hambourg, l’objectif est de les tester en vol d’ici la fin de la décennie. Les piles seront intégrées à un A380 modifié et pouvant embarquer des réservoirs d’hydrogène liquide. Airbus explique que l’intérêt des piles à combustible est de pouvoir fonctionner en mode zéro émission (et sans polluants) et de pouvoir offrir une puissance variable, en fonction de leur nombre quand elles sont combinées. Par exemple, l’avionneur avait dévoilé sa vision de 6 pods (regroupant moteur électrique et piles). A ce stade, il ne s’agit encore que d’une option. Airbus veut s’assurer que la solution pourrait permettre de faire voler un avion avec 100 personnes à bord et sur une distance de 1 000 miles nautiques.

En parallèle, le groupe franco-allemand anticipe sur l’infrastructure. Ainsi, il a signé un partenariat avec HyPort (la société de projet montée par ENGIE Solutions et l’AREC (Agence régionale pour l’énergie et le climat d’Occitanie) afin d’accompagner l’ouverture de la station de l’aéroport de Toulouse-Blagnac. Celle-ci doit ouvrir début 2023 et sera en mesure de délivrer 400 kg d’hydrogène par jour, destiné aux véhicules assurant le transport au sol. Pour Airbus, c’est une façon d’anticiper la mise en place de l’écosystème. Ce partenariat s’inscrit dans le cadre de l’initiative « Hydrogen Hub at Airports », qui concerne déjà un certain nombre d’aéroports dans le monde.

Par ailleurs, Airbus a signé un accord avec ArianeGroup (dont l’avionneur est actionnaire, avec Safran) pour développer une station de remplissage à l’hydrogène liquide, toujours à Blagnac. Elle sera opérationnelle dès 2025. La station permettra d’alimenter le démonstrateur Zero e, préparant le futur avion neutre en carbone de 2035.

Partagez si vous avez aimé

à propos de l'auteur

Laurent Meillaud

Laurent Meillaud

Journaliste automobile depuis plus de 30 ans, suivant les évolutions technologiques, je m'intéresse aussi aux énergies alternatives, dont l'hydrogène que je suis depuis 20 ans. J'ai co-écrit un ouvrage à ce sujet en 2007 avec Pierre Beuzit, ancien patron de la R&D chez Renault. Je collabore également depuis 2016 à la newsletter de France Hydrogène.

Vous devriez aimer

Laissez un commentaire

H2Today / Seiya Consulting