L’Alpine Alpenglow montre son moteur hydrogène à Spa

Alpenglow moteur hydrogène
L’Alpine Alpenglow montre son moteur hydrogène à Spa

À défaut d’avoir pu faire vrombir son moteur, la voiture de course du constructeur français le présente aux regards du public des 6 h de Spa. Cet après-midi, il était en effet possible d’apercevoir le moteur 4 cylindres de l’Alpenglow.

Les membres de l’équipe, les journalistes, les invités et dans une moindre mesure sans doute le public : tout le monde était déçu et en même temps peiné de ne pas avoir vu rouler l’Alpenglow Hy4. La voiture devait en effet partager la piste en fin de matinée, en compagnie de la H24, mais un problème d’électronique est venu troubler tous ces plans.

Le choix aurait pu être d’emmener le bolide pour essayer de le réparer, mais Alpine a préféré le laisser sur son stand dans la fan zone. Il y a beaucoup de passage et l’Alpenglow concentre en effet les regards. Nous avons eu la surprise de constater que des éléments de carrosserie avaient été déposés et qu’on pouvait apercevoir le moteur. C’est de la belle ouvrage. Le bloc moteur affiche la mention Alpenglow, ainsi que le logo d’Alpine. Clairement, c’est un véhicule abouti et on imagine aisément que toutes ces parties mécaniques fonctionnent.

« Vous avez eu l’image, vous aurez bientôt le son au Mans », nous a déclaré Pierre-Jean Tardy, l’expert de l’hydrogène chez Alpine.

Vous voulez en savoir plus sur Alpine et son choix du moteur à hydrogène ? Alors nos derniers articles sur cet acteur devraient vous intéresser. Vous pouvez accéder à tous nos articles écrits sur Alpine ici.

Vous utilisez LinkedIn et vous souhaitez suivre l’actualité de l’hydrogène de manière plus régulière ? Alors notre newsletter LinkedIn hebdomadaire devrait vous intéresser. Vous pouvez vous y abonner ici

Cet article vous a plu ? Partagez-le !

à propos de l'auteur

Picture of Laurent Meillaud

Laurent Meillaud

Journaliste automobile depuis plus de 30 ans, suivant les évolutions technologiques, je m'intéresse aussi aux énergies alternatives, dont l'hydrogène que je suis depuis 20 ans. J'ai co-écrit un ouvrage à ce sujet en 2007 avec Pierre Beuzit, ancien patron de la R&D chez Renault. Je collabore également depuis 2016 à la newsletter de France Hydrogène.

Nos derniers articles

MasterClass H2 Toulouse