Une Alpine à moteur H2 au Mondial de l’Auto

Présent dans l’espace hydrogène au Mondial avec Hyvia, Renault fera aussi l’événement avec un concept d’Alpine. Cette hypercar, baptisée Alpenglow, a pour particularité un moteur à combustion à hydrogène.

Depuis déjà un certain temps, le PDG d’Alpine, Laurent Rossi, multiplie les sorties médiatiques autour du moteur à hydrogène, qu’il verrait bien par exemple en Formule 1, mais aussi sur la route. Ainsi, « la mobilité du futur sera un mélange de solutions neutres en carbone, avec une complémentarité naturelle entre les véhicules électriques à batterie (BEV), ceux alimentés par une pile à combustible (FCEV) et d’autres qui seront dotés de moteurs thermiques hybrides fonctionnant avec un carburant durable, qui pourrait être l’hydrogène vert », peut-on lire dans le communiqué de la marque sportive.

Et ce sera peut-être la technologie qui pourrait préfigurer les futures voitures de compétition et de route de la marque. Le moteur thermique hybride à hydrogène est une solution qui concilie le respect de l’environnement avec le plaisir de conduite inimitable que procure ce type de moteur : puissance, légèreté et richesse d’émotions sonores. En somme, on garde l’émotion et un niveau de performance digne des voitures de course, tout en n’émettant que de la vapeur d’eau.

Alpine précise qu’avec ses deux réservoirs cylindriques d’hydrogène à 700 bars, l’Alpenglow conserve la légèreté caractéristique de la marque et offre aux passionnés un plaisir de conduite ultime, à émissions propres.

Pour développer cette technologie, Alpine va s’appuyer sur Hyvia, la coentreprise de Renault et Plug Power. Lors du Grand Prix de France de Formule 1 en juillet dernier, l’écurie Alpine F1 Team et cette filiale avaient annoncé un partenariat.

La marque avait déjà présenté un concept à moteur à hydrogène : l’A4810, conçue avec l’institut de design de Turin.

Partagez si vous avez aimé

à propos de l'auteur

Laurent Meillaud

Laurent Meillaud

Journaliste automobile depuis plus de 30 ans, suivant les évolutions technologiques, je m'intéresse aussi aux énergies alternatives, dont l'hydrogène que je suis depuis 20 ans. J'ai co-écrit un ouvrage à ce sujet en 2007 avec Pierre Beuzit, ancien patron de la R&D chez Renault. Je collabore également depuis 2016 à la newsletter de France Hydrogène.

Vous devriez aimer

Laissez un commentaire

H2Today / Seiya Consulting