Un bilan positif pour la plateforme Sealhyfe

Un bilan positif pour la plateforme Sealhyfe
Un bilan positif pour la plateforme Sealhyfe

À la veille du salon Hyvolution, le producteur fait le point sur son site-pilote de production d’hydrogène offshore au monde*. Les objectifs ont été atteints et la plateforme affiche même un niveau d’excellence opératoire inégalé.

Depuis le retour à quai en novembre dernier de sa plateforme pilote de production d’hydrogène offshore, Lhyfe a procédé à des analyses. Et les résultats sont plutôt encourageants. D’abord, le système a permis de gérer la variabilité de l’énergie éolienne, avec des performances aussi élevées qu’à terre. De plus, les composants ont été éprouvés en conditions extrêmes (gestion du mouvement de la plateforme, agressions environnementales…). Sealhyfe a notamment éprouvé cinq tempêtes significatives, dont Ciaran, qui a balayé les côtes Atlantique en octobre 2023 avec des vagues de hauteur supérieure à 10 m et des vents de plus de 150 km/h. Et la plateforme en est ressortie indemne.

Peu de maintenance et des logiciels validés

Pilotée à distance, la plateforme a pu être supervisée. L’expérimentation a ainsi permis de valider les logiciels et algorithmes de production d’hydrogène vert et renouvelable, et de réduire le nombre d’interventions à réaliser en milieu marin. Au total, Lhyfe a réalisé moins d’une dizaine d’opérations de maintenance et le système a été opéré pendant 70 % du temps exploitable.

« Nous pouvons désormais nous appuyer sur notre expérience de nos sites à terre et d’un site en mer pour concevoir nos prochains sites de production d’hydrogène vert », commente Matthieu Guesné, le patron de Lhyfe. La suite se dessine avec le projet HOPE en mer du Nord, au large du port d’Ostende (Belgique). Mais, Lhyfe entend aller plus loin. Les données opératoires dont la société dispose permettront à la fois d’optimiser et de fiabiliser les procédés de production, et d’éprouver les technologies employées en vue de les passer à l’échelle sur des sites de capacité 10, puis 100 fois supérieure.

*Le projet Sealhyfe, équipé d’un électrolyseur de 1 MW fourni par Plug, visait à démontrer que la production d’hydrogène offshore à partir d’énergies renouvelables est d’ores et déjà une réalité

Vous voulez en savoir plus sur Lhyfe ? Alors nos derniers articles sur le groupe devraient vous intéresser. Vous pouvez accéder à tous nos articles écrits sur Lhyfe ici.

Partagez si vous avez aimé

à propos de l'auteur

Laurent Meillaud

Laurent Meillaud

Journaliste automobile depuis plus de 30 ans, suivant les évolutions technologiques, je m'intéresse aussi aux énergies alternatives, dont l'hydrogène que je suis depuis 20 ans. J'ai co-écrit un ouvrage à ce sujet en 2007 avec Pierre Beuzit, ancien patron de la R&D chez Renault. Je collabore également depuis 2016 à la newsletter de France Hydrogène.

Nos derniers articles

Seiya recrute