BMW intègre l’hydrogène dans sa future plateforme

Lors de la présentation de ses résultats semestriels, la marque allemande a annoncé l’arrivée d’une plateforme dédiée aux véhicules électriques. Prévue pour 2025, elle proposera à la fois de la batterie et de la pile à combustible.

En préambule, le PDG Oliver Zimpse a déroulé la feuille de route de BMW. A la fin de l’année, la marque à l’hélice ne proposera pas moins de 15 modèles électriques, dont l’i7 (l’i5 arrivera l’an prochain) dérivée de sa grande berline. L’objectif est de vendre deux millions de véhicules 100 % électriques d’ici 2025. Ces derniers devraient représenter la moitié des ventes à la fin de la décennie.

Toutefois, la firme de Munich ne mise pas que sur la batterie. « Nous croyons fermement que la meilleure approche passe par une combinaison de la voiture électrique, de l’hydrogène et de moteurs thermiques efficients », a souligné M. Zipse. Et il a glissé au passage que le rôle de l’hydrogène devait être « réévalué en matière de mobilité personnelle ». Le PDG considère d’ailleurs que c’est « la pièce manquante du puzzle », qui peut venir en complément de la chaîne de traction électrique, quand elle ne peut pas répondre à certains cas d’usages (en particulier dans certains lieux géographiques). BMW, qui va sortir en fin d’année une iX5 Hydrogen en petite série, envisage déjà une version de nouvelle génération. Mais, sans pour autant donner de date.

L’hydrogène devrait en tout cas faire partie de la plateforme Neue Klasse. « On pourrait l’imaginer » a déclaré Oliver Zipse. Cette plateforme, qui vise à amplifier la diffusion de modèles zéro émission, sera présentée l’an prochain lors du salon de Munich (IAA 2023).

Partagez si vous avez aimé

à propos de l'auteur

Laurent Meillaud

Laurent Meillaud

Journaliste automobile depuis plus de 30 ans, suivant les évolutions technologiques, je m'intéresse aussi aux énergies alternatives, dont l'hydrogène que je suis depuis 20 ans. J'ai co-écrit un ouvrage à ce sujet en 2007 avec Pierre Beuzit, ancien patron de la R&D chez Renault. Je collabore également depuis 2016 à la newsletter de France Hydrogène.

Vous devriez aimer

Laissez un commentaire

H2Today / Seiya Consulting