La région Bourgogne-Franche-Comté veut devenir un territoire hydrogène

La région Bourgogne-Franche-Comté veut devenir un territoire hydrogène. En effet, la région et ses partenaires, le pôle véhicule du futur et l’agence régionale de développement économique, ont décidé de répondre à l’appel lancé par Ségolène Royal avec un projet fédérateur baptisé ENRgHy.

Ce projet régional, d’un montant de près de 21 millions d’euros, se décline autour de trois îlots territoriaux :
– le territoire du Grand Dole, pour une première démonstration à grande échelle d’une filière industrielle sur l’économie de l’hydrogène,
– l’Auxerrois, qui propose de faire la démonstration qu’une agglomération peut passer à un système de transport 100 % énergies renouvelables,
– l’aire urbaine de Belfort-Montbéliard pour tester la commercialisation de solutions autonomes de production/consommation d’hydrogène de type stationnaire.

La région Bourgogne-Franche-Comté défend par ailleurs un axe transversal de soutien à la création d’une filière nationale, avec la mise en place d’un institut national de stockage de l’hydrogène et un banc d’essai pour le test de piles à combustible. Elle a réservé une enveloppe de 6 millions d’euros pour aider les projets de la filière hydrogène.

PS: Vous souhaitez suivre l’actualité de l’hydrogène de manière plus régulière ? Vous pouvez vous inscrire à nos newsletters.
1) « Vos actualités hydrogène en direct » (pour recevoir tous nos articles dès leur publication).
2) « Votre newsletter hebdo » (envoyée tous les lundis en fin de matinée). 

Vous voulez en savoir plus sur le Bourgogne Franche-Comté ? Alors nos derniers articles sur cette région française devraient vous intéresser. Vous pouvez accéder à tous nos articles écrits sur la région Bourgogne Franche-Comté ici.

Vous pouvez également vous abonner à notre newsletter LinkedIn hebdomadaire ici

Cet article vous a plu ? Partagez-le !

à propos de l'auteur

Laurent Meillaud

Laurent Meillaud

Journaliste automobile depuis plus de 30 ans, suivant les évolutions technologiques, je m'intéresse aussi aux énergies alternatives, dont l'hydrogène que je suis depuis 20 ans. J'ai co-écrit un ouvrage à ce sujet en 2007 avec Pierre Beuzit, ancien patron de la R&D chez Renault. Je collabore également depuis 2016 à la newsletter de France Hydrogène.

Nos derniers articles

2