Bus H2 : une part encore très faible

Selon l’ACEA, l’association des constructeurs européens, le Diesel a représenté 85 % des immatriculations de bus sur le continent. Les autres sources d’énergie sont l’hybride (4,8 %), l’électrique (4 %) et les carburants alternatifs (6,2 %). Cette dernière famille comprend l’éthanol, le GNV et le GPL.

La part des bus électriques a augmenté de 170,5 % l’an dernier, avec 1 607 unités. Les Pays-Bas, la France (285 véhicules) et l’Allemagne représentent un tiers du marché. Dans son décompte, l’ACEA n’indique pas la part exacte de la pile à combustible, qui est intégrée dans la famille des véhicules rechargeables, au même titre que les bus avec range extender et les hybrides rechargeables.

Le projet JIVE vise à déployer 300 bus à hydrogène dans 22 villes d’Europe.

Partagez l'article si vous l'avez appréciez

A propos de l'auteur

Laurent Meillaud

Laurent Meillaud

Journaliste automobile depuis plus de 30 ans, suivant les évolutions technologiques, je m'intéresse aussi aux énergies alternatives, dont l'hydrogène que je suis depuis 20 ans. J'ai co-écrit un ouvrage à ce sujet en 2007 avec Pierre Beuzit, ancien patron de la R&D chez Renault. Je collabore également depuis 2016 à la newsletter de France Hydrogène.

Vous devriez aimer

Laissez un commentaires

H2Today / Seiya Consulting