Cadre d’action national sur les carburants alternatifs : le texte en consultation

visuel_mobilite-hydrogene-france

Le gouvernement a mis en consultation jusqu’au 16 décembre son texte sur le cadre d’action national pour le développement des carburants alternatifs. Il a pour nom projet CANCA et fait suite à l’article 3 de la directive européenne sur les carburants alternatifs du 28 octobre 2014, qui oblige chaque Etat membre à mettre en place une stratégie en la matière.

L’Etat précise ainsi ses orientations de l’Etat autour de trois carburants non conventionnels : l’électricité, le gaz et l’hydrogène.

C’est une bonne nouvelle pour la filière hydrogène, car la directive européenne n’oblige pas les Etats à définir une stratégie sur l’installation sur leur territoire d’infrastructures de ravitaillement pour ce type d’énergie. L’objectif est de passer de 11 stations (8 à 350 bar et 3 à 700 bar) en 2015 à 30 en 2025, voire 50 selon le degré de maturité de la filière. Ce document précise que le coût d’une station 700 bar avoisine 1 million d’euros tandis que celui d’une station 350 bar est de l’ordre de 300k€.

Il indique également qu’au 31 décembre 2015, le parc de véhicules hydrogène comptait 17 voitures particulières, 11 véhicules utilitaires légers et 2 poids lourds.

Le gouvernement souhaite mailler la France à partir des clusters de flottes captives dont les besoins et circuits sont déjà connus à l’avance.

Partagez l'article si vous l'avez appréciez

A propos de l'auteur

Laurent Meillaud

Laurent Meillaud

Journaliste automobile depuis plus de 30 ans, suivant les évolutions technologiques, je m'intéresse aussi aux énergies alternatives, dont l'hydrogène que je suis depuis 20 ans. J'ai co-écrit un ouvrage à ce sujet en 2007 avec Pierre Beuzit, ancien patron de la R&D chez Renault. Je collabore également depuis 2016 à la newsletter de France Hydrogène.

Vous devriez aimer

Laissez un commentaires

H2Today / Seiya Consulting