Chereau va proposer des remorques frigo H2 d’ici 2022

A l’occasion du salon Hyvolution, le carrossier normand a présenté sa stratégie en matière d’énergie. L’entreprise a lancé il y a trois ans le projet collaboratif ROAD qui consistait à développer une semi-remorque frigorifique alimentée par de l’hydrogène. Le produit est d’ailleurs exposé à l’extérieur du salon. La remorque est mise en évidence de belle manière, puisqu’elle est floquée aux couleurs du transporteur Delanchy, partenaire du défi Energy Observer.

Pour l’anecdote, Victorien Erussard, le capitaine du catamaran à hydrogène, était présent ce matin à la conférence de presse de Chereau. Et pour cause, la société devient l’un des nouveaux partenaires d’Energy Observer, aux côtés de Toyota et ENGIE notamment.

L’entreprise a annoncé qu’elle comptait donner une suite au projet ROAD. Plusieurs produits seront déclinés (avec de la connectivité, de l’allègement et une meilleure isolation), dont une remorque alimentée à l’hydrogène. La cuve de gasoil sera remplacée par une cuve à hydrogène, dont le remplissage se fera en 10 mn. Une dizaine de remorques de présérie seront assemblées d’ici 2022 sous le nom « Hydrogen Power ».

La brique hydrogène a été réalisée avec l’aide du FCLAB à Belfort et de H2SYS (qui a fourni la pile à combustible). La start-up présidée par Sébastien Faivre, a d’ailleurs été retenue comme partenaire technique. Pour le carrossier, l’hydrogène n’est « pas une niche, mais une révolution » et elle se félicite de figurer parmi « les pionniers ».

Chereau consacre 2,7 millions d’euros à la R&D. Le souhait du carrossier est de proposer les meilleures technologies. Il veut également mettre en avant ses efforts en faveur de l’environnement. Et pour cela, le meilleur écrin était le salon Hyvolution, qui rassemble toute la filière H2.

Partagez l'article si vous l'avez appréciez

Partager sur twitter
Partager sur linkedin

A propos de l'auteur

Laurent Meillaud

Laurent Meillaud

Journaliste automobile depuis plus de 30 ans, suivant les évolutions technologiques, je m'intéresse aussi aux énergies alternatives, dont l'hydrogène que je suis depuis 20 ans. J'ai co-écrit un ouvrage à ce sujet en 2007 avec Pierre Beuzit, ancien patron de la R&D chez Renault. Je collabore également depuis 2016 à la newsletter de France Hydrogène.

Vous devriez aimer

Laissez un commentaires

H2Today / Seiya Consulting