De l’eau et de l’aluminium pour une électrolyse rapide

 

Des chercheurs de l’US Army ont fait une découverte étonnante. Ces ingénieurs du laboratoire de recherche de l’Armée (ARL) de l’Abderdeen Proving Ground, dans le Maryland, ont provoqué par hasard une réaction chimique en mélangeant de l’eau à un nanomatériau à base d’aluminium de leur conception. Le résultat s’est traduit par un bouillonnement et la séparation de l’eau en oxygène et en hydrogène.

Les militaires ont alors compris qu’ils venaient de générer une électrolyse spontanée, au contact de l’aluminium.

C’est une découverte capitale, car il n’est plus nécessaire de faire appel à des métaux rares pour un catalyseur, ni d’utiliser des produits chimiques toxiques. Les chercheurs ont calculé qu’un kilo de poudre d’aluminium pouvait générer 220 kW d’énergie. Et la production d’hydrogène prend moins de 3 mn.

Avec l’hydrogène produit, le labo a gonflé un ballon (comme on le voir sur la photo). Il a aussi alimenté en énergie un tank radio commandé.

Pour l’ARL, ce type de production pourrait servir à des soldats sur le terrain pour récupérer de l’énergie et recharger des appareils électriques, ou encore pour l’alimentation de robots en mission. L’US Army va breveter son invention et voir quelles autres applications peuvent être développées.

Partagez l'article si vous l'avez appréciez

A propos de l'auteur

Laurent Meillaud

Laurent Meillaud

Journaliste automobile depuis plus de 30 ans, suivant les évolutions technologiques, je m'intéresse aussi aux énergies alternatives, dont l'hydrogène que je suis depuis 20 ans. J'ai co-écrit un ouvrage à ce sujet en 2007 avec Pierre Beuzit, ancien patron de la R&D chez Renault. Je collabore également depuis 2016 à la newsletter de France Hydrogène.

Vous devriez aimer

Laissez un commentaires

H2Today / Seiya Consulting