De l’hydrogène à partir de bois à Vitry-le-François

Les prochaines journées Hydrogène dans les Territoires, les 26 et 27 septembre à Toulouse, seront l’occasion d’en savoir plus sur ce projet à Vitry-le-François, dans la Marne. Vitrydrogène consiste à produire de l’hydrogène avec de la biomasse, et en particulier la filière bois par un procédé qu’on appelle la thermolyse. Il s’agit de casser les molécules du bois (chauffé à 450 degrés) pour en extraire de l’hydrogène, qui sera purifié et utilisé sous forme de carburant dans une station-service. Le procédé permet aussi de récupérer du gaz enrichi en hydrogène ainsi que du charbon renouvelable qui sera lui brûlé dans la chaufferie municipale.

Le projet capitalise sur le savoir-faire de la PME Haffner Energy, un bureau d’études spécialisé dans l’exploitation de la biomasse pour les chaufferies et plus globalement la cogénération. Epaulée par un fonds d’investissement, la société réfléchit depuis quelques années à la production d’hydrogène vert. Elle s’est associée à la communauté de communes de Vitry-le-François (Vitry Champagne et Der), qui a déposé un dossier dans le cadre de l’AAP hydrogène dans les territoires en 2016. Lequel a été retenu par l’ADEME, qui accorde 2,7 M d’aides sur les fonds du PIA sur un total de 5,8 M€.

Cette coopération a débouché sur le procédé HYNOCA, auquel Centrale Supelec apporte sa contribution pour les technologies d’enrichissement et de purification. En tout, une quinzaine de brevets ont été déposés. Après le séchage des matières organiques (des granulés de bois pour commencer, puis des plaquettes forestières et à terme des déchets qui pourront venir de l’agriculture et même des ordures ménagères), Haffner Energy arrive à produire un hydrogène vert et compétitif.

L’intérêt est de produire ainsi localement un carburant qui pourra être utilisé par les véhicules municipaux, des Kangoo H2. Cet hydrogène vert pourra d’ailleurs être vendu à d’autres stations, puisque la production prévue est de 120 kg d’hydrogène par jour. Il pourrait servir aussi à alimenter d’autres véhicules, comme des bus ou des chariots-élévateurs.

*Une collectivité très tournée vers les énergies renouvelables. C’est une des premières à s’être dotée d’une chaufferie bois.

Partagez l'article si vous l'avez appréciez

A propos de l'auteur

Laurent Meillaud

Laurent Meillaud

Journaliste automobile depuis plus de 30 ans, suivant les évolutions technologiques, je m'intéresse aussi aux énergies alternatives, dont l'hydrogène que je suis depuis 20 ans. J'ai co-écrit un ouvrage à ce sujet en 2007 avec Pierre Beuzit, ancien patron de la R&D chez Renault. Je collabore également depuis 2016 à la newsletter de France Hydrogène.

Vous devriez aimer

Laissez un commentaires

H2Today / Seiya Consulting