De l’hydrogène sur un paquebot italien

Livré par Meyer fin 2018, l’AIDAnova est un paquebot sous pavillon italien. Ce navire fonctionne au GNL (gaz liquéfié), mais il devrait accueillir d’ici deux ans une pile à combustible. Le groupe allemand  de construction navale développe la technologie* dans le cadre d’un programme baptisé Pa-X-ell2, qui regroupe huit partenaires (Meyer, Lürssen, Freudenberg Sealing Technologies, DNV GL, le centre spatial allemand, AIDA Cruises, Besecke automation et EPEA).

L’objectif est d’installer à bord une pile de type PEM et alimentées par de l’hydrogène issu du méthanol. Les piles seront fabriquées par Freudenberg et auront une durée de vie de 35.000 heures. A terme, l’hydrogène sera généré par des énergies renouvelables.

Le projet Pa-X-ell2 traite également de l’intégration du système hydrogène et de la gestion de l’énergie. Il est porté aussi par le cluster e4ships et le projet RiverCell2, qui visent à appliquer la technologie sur des bateaux de croisière fluviale. C’est auss une initiative soutenue par le gouvernement fédéral dans le cadre du programme national sur l’hydrogène.

*Dans une première phase du projet, Meyer a testé des piles sur un ferry de la Baltique.

Partagez l'article si vous l'avez appréciez

A propos de l'auteur

Laurent Meillaud

Laurent Meillaud

Journaliste automobile depuis plus de 30 ans, suivant les évolutions technologiques, je m'intéresse aussi aux énergies alternatives, dont l'hydrogène que je suis depuis 20 ans. J'ai co-écrit un ouvrage à ce sujet en 2007 avec Pierre Beuzit, ancien patron de la R&D chez Renault. Je collabore également depuis 2016 à la newsletter de France Hydrogène.

Vous devriez aimer

Laissez un commentaires

H2Today / Seiya Consulting