De nouveaux appels à projets dans l’hydrogène

Suite à l’annonce des lauréats de la seconde vague de l’AAP sur les écosystèmes territoriaux, de nouvelles actions ont été décidées dans le cadre de la préparation du programme de soutien à la filière hydrogène.

Ainsi, un appel à manifestation d’intérêt (AMI) « Projets d’envergure sur la conception, la production et l’usage de systèmes à hydrogène » va être lancé d’ici la fin du mois de janvier afin d’identifier les projets structurants pour la filière hydrogène et d’accélérer le développement à grande échelle de briques technologiques innovantes sur des projets industriels et d’infrastructure. Cet appel à manifestations d’intérêt dont une première relève aura lieu mi-mars, et une deuxième fin mai, doit permettre d’identifier des projets permettant de développer les savoir-faire industriels français et de passer la filière à l’échelle (projets de développement industriel, projets de production massive territoriaux pour les usages industrie et mobilité, projets de décarbonation massive d’usages industriel et projets structurants de mobilité…) ainsi que d’accélérer le déploiement de l’hydrogène décarboné.

Les projets les plus structurants permettant de développer l’offre industrielle pourront faire l’objet de soutien dans le cadre d‘appels à projets lancés en mars 2020 ou faire l’objet de soutien au niveau européen par exemple dans le cadre de projets importants d’intérêt européen commun ou du fonds innovation.

Le détail du programme et son financement dépendra des projets qui seront soumis dans le cadre de cet AMI. Il s’appuiera notamment, pour 2020, sur une nouvelle vague de l’appel à projet « H2 industrie » visant à soutenir l’utilisation d’hydrogène décarboné dans l’industrie ainsi que sur une nouvelle publication de l’appel à projets sur la mobilité hydrogène par l’ADEME (ciblée sur des projets de grande envergure et de mobilité professionnelle).

Un nouvel appel à manifestation d’intérêt (AMI) « Aide à l’émergence de la mobilité hydrogène dans le secteur ferroviaire », a par ailleurs été lancé le 21 janvier. L’hydrogène ferroviaire produit à partir de ressources renouvelables et/ou décarbonées, conjugue l’absence d’émissions de gaz à effet de serre directes et de pollution locale et offre la possibilité de mutualiser la mise à disposition d’hydrogène avec d’autres modes de transport. Cet AMI, doté de 22 M€, s’adresse aux autorités organisatrices des transports ferroviaires régionaux et vise à soutenir l’émergence de la mobilité hydrogène dans le secteur ferroviaire via les trains bi-mode (électrique/hydrogène), permettant de réduire les impacts liés à la traction ferroviaire Diesel. La date limite de dépôt des candidatures a été fixée au 23 mars.

Par ailleurs, une revue des entreprises à fort potentiel sera réalisée pour identifier leurs besoins en soutiens, notamment en fonds propres ou en matière de cadre réglementaire, pour accélérer leur développement ou leur changement d’échelle. Elle sera menée par Direction générale des entreprises (DGE) d’ici au mois de mai.

Partagez si vous avez aimé

à propos de l'auteur

Laurent Meillaud

Laurent Meillaud

Journaliste automobile depuis plus de 30 ans, suivant les évolutions technologiques, je m'intéresse aussi aux énergies alternatives, dont l'hydrogène que je suis depuis 20 ans. J'ai co-écrit un ouvrage à ce sujet en 2007 avec Pierre Beuzit, ancien patron de la R&D chez Renault. Je collabore également depuis 2016 à la newsletter de France Hydrogène.

Vous devriez aimer

Laissez un commentaire

H2Today / Seiya Consulting