Des projets pour la filière hydrogène dans le plan de relance automobile

Jeudi dernier a eu lieu la première réunion du comité d’orientation pour la recherche automobile et mobilité (CORAM). Cet organisme a été créée pour attribuer les 150 M€ mobilisés dès cette année dans le cadre du plan de relance automobile pour financer l’innovation. Elisabeth Borne, ministre de la Transition écologique et solidaire, Bruno Le Maire, ministre de l’Economie et des Finances, et Jean-Baptiste Djebbari, secrétaire d’Etat chargé des Transports, ont présidé ce comité, aux côtés de Luc Chatel, président de la Plateforme automobile et des dirigeants des principaux industriels de la filière automobile (PSA, Renault, Michelin, Valeo, Faurecia, Plastic Omnium et Bosch notamment).

En tout, 27 projets ont été sélectionnés. Ils concernent les batteries, le recyclage, l’hydrogène et l’électronique de puissance.

Sur l’hydrogène, les projets sont au nombre de 4.

Faurecia propose ainsi le projet HISTORHY (HIgh pressure STORage for HYdrogen) et qui vise à réduire de façon significative le coût de production des réservoirs à hydrogène afin d’en faciliter son adoption par les constructeurs automobiles. Pour ce faire, 3 générations successives de systèmes de stockages d’hydrogène seront développées entre 2020 et 2025.

Renault Trucks propose d’intégrer l’hydrogène dans le poids-lourd, mais sous forme de carburant dans le moteur. Son utilisation dans un moteur à allumage commandé est une solution avantageuse pour répondre aux différentes contraintes environnementales à court terme. Le développement de cette solution se distingue par un coût très compétitif par rapport aux solutions actuelles et répondant aux normes environnementales les plus contraignantes. Elle s’appuie sur la compétence des équipes de R&D et sur le tissu industriel existant en France dans le domaine du moteur à allumage commandé.

Bosch s’intéresse aux groupes froids des semi-remorques à travers le projet FresH2. L’utilisation d’une pile à combustible a pour but de délivrer l’énergie électrique nécessaire. C’est une solution zéro émission réduisant les nuisances sonores, proposée aux clients du secteur du transport routier réfrigéré (denrées périssables, médicaments…). « FresH2 » est composé, principalement, d’une pile à combustible alimentée par des réservoirs d’hydrogène auxquels sont rajoutés une électronique de puissance permettant de convertir le courant continu fourni par la pile, en courant alternatif nécessaire au groupe froid.

Enfin, Pracartis propose une nouvelle génération de compresseurs d’air pour la filière hydrogène.  Les entreprises de la vallée de l’Arve se préparent à une mutation industrielle avec une évolution progressive de solutions techniques qui ont fait de cette vallée un pôle connu mondialement pour sa contribution à la mobilité (automobile, aéronautique, vélo…). C’est ce challenge qu’entend relever le groupe et ses partenaires de la région AURA en se focalisant sur le dispositif de compression / turbo compression d’alimentation en gaz oxygène. Un double enjeu, une place de leader dans la conception et la fabrication des systèmes de mobilité de demain (neutres en carbone) et le maintien de l’emploi industriel en France.

 

Partagez l'article si vous l'avez appréciez

A propos de l'auteur

Laurent Meillaud

Laurent Meillaud

Journaliste automobile depuis plus de 30 ans, suivant les évolutions technologiques, je m'intéresse aussi aux énergies alternatives, dont l'hydrogène que je suis depuis 20 ans. J'ai co-écrit un ouvrage à ce sujet en 2007 avec Pierre Beuzit, ancien patron de la R&D chez Renault. Je collabore également depuis 2016 à la newsletter de France Hydrogène.

Vous devriez aimer

Laissez un commentaires

H2Today / Seiya Consulting