Des résultats en léger recul pour McPhy

Des résultats en léger recul pour McPhy
Des résultats en léger recul pour McPhy

Le chiffre d’affaires de la PME sur le 1er semestre s’élève à 5,2M€ contre 5,4 M€ au premier semestre 2020. Il est constitué pour 58 % des ventes d’électrolyseurs (dont 45 % de grande capacité et 17 % de plus petite capacité) et 42 % des ventes de stations d’hydrogène. McPhy a observé un ralentissement des prises de commandes fermes, du fait en partie du contexte sanitaire mondial et des restrictions afférentes, mais aussi de l’attentisme de certains acteurs dépendant de mécanismes de financements publics.

De plus, la société a accru ses dépenses. Elle a procédé au recrutement net de 24 personnes sur les six premiers mois de l’année portant l’effectif au 30 juin à 134 personnes, en ligne avec l’objectif d’accueillir 50 nouveaux collaborateurs sur l’ensemble de l’exercice. Elle a également engagé des dépenses pour accompagner sa croissance. Par ailleurs, McPhy est impacté par l’incident ayant eu lieu sur le site d’EnergieDienst à Grenzach-Wyhlen, en Allemagne. Une fuite d’hydroxyde de potassium s’était produite en juin sur son électrolyseur. Dans l’attente du rapport d’expertise, la PME a provisionné 1,3 M€.

Au second semestre, le chiffre d’affaires devrait être proche de celui constaté au premier. Néanmoins, McPhy entend poursuivre la montée en puissance de ses capacités technologiques et industrielles. La société considère que la dynamique du marché de l’hydrogène décarboné reste toujours très favorable.

Vous voulez en savoir plus sur les résultats de McPhy ? Alors nos derniers articles sur cet acteur devraient vous intéresser. Vous pouvez accéder à tous nos articles écrits sur McPhy ici.

Vous utilisez LinkedIn et vous souhaitez suivre l’actualité de l’hydrogène de manière plus régulière ? Alors notre newsletter LinkedIn hebdomadaire devrait vous intéresser. Vous pouvez vous y abonner ici

Cet article vous a plu ? Partagez-le !

à propos de l'auteur

Laurent Meillaud

Laurent Meillaud

Journaliste automobile depuis plus de 30 ans, suivant les évolutions technologiques, je m'intéresse aussi aux énergies alternatives, dont l'hydrogène que je suis depuis 20 ans. J'ai co-écrit un ouvrage à ce sujet en 2007 avec Pierre Beuzit, ancien patron de la R&D chez Renault. Je collabore également depuis 2016 à la newsletter de France Hydrogène.

Nos derniers articles

Osez l'hydrogène