Dijon ouvre sa première station d’hydrogène

station hydrogène Dijon
Dijon ouvre sa première station d’hydrogène

À la veille des Journées Hydrogène dans les Territoires, qui vont accueillir plus de 800 personnes, la métropole de Dijon a procédé aujourd’hui à l’inauguration de sa première station à hydrogène. Une étape symbolique dans le cadre de la stratégie hydrogène.

Très design et de taille XXL, la première station d’hydrogène située au nord de Dijon est désormais ouverte. Elle a été inaugurée ce matin en présence de François Rebsamen, maire de Dijon ; Marie-Guite Dufay, Présidente de la région Bourgogne Franche-Comté ; Marion Derrider Blondel, Présidente d’Engie Solution Hydrogène ; et de Dominique Darne, Président d’INTHY. On pouvait également voir parmi les invités le député européen Christophe Grudler. « Dijon a fait le pari de développer sur son territoire une filière complète d’hydrogène vert. Nous sommes fiers de porter avec nos partenaires ce projet ambitieux, véritable modèle pour la France et l’Europe », a déclaré M. Rebsamen.

Un modèle d’économie circulaire

La station est exploitée à travers la co-entreprise Dijon Métropole Smart EnergHy, détenue par ENGIE Solutions Hydrogène (40,55%), IntHy (25,22%), Dijon métropole (24,23%) et ADEME Investissement (10%). Cette réalisation a été soutenue financièrement par la Région Bourgogne-Franche-Comté (585 280 €), l’ADEME (2 230 997 €) et la commission européenne (1 312 800 €). La Banque des Territoires soutient également la réalisation de cette station sous la forme de prêt accordé à hauteur de 3 millions d’euros.

La station Nord introduit un nouvel écosystème énergétique local reposant sur un modèle d’économie circulaire inédit. En effet, la production et la distribution en circuit court d’hydrogène vert se fait à partir de la valorisation énergétique de l’incinération des déchets (issus de la collecte des ordures ménagères de 92% de la population du département de la Côte-d’Or). Cet hydrogène est ensuite distribué par trois pompes, afin d’alimenter des bennes à ordures* et des bus à une pression 350 bars, et des véhicules légers à 700 bars.

Parmi les véhicules, on remarquait la présence d’une benne à ordures, d’un bus Solaris à hydrogène, d’un camion Hyundai, d’un utilitaire Hyvia et d’une Hyundai Nexo d’Engie.

Une deuxième station en 2026

Une deuxième station d’hydrogène vert, située au sud de Dijon, sera opérationnelle en 2026 pour alimenter en hydrogène les 38 bus prévus de la métropole dijonnaise, avec une capacité de près d’une tonne d’hydrogène par jour. Avec un total de 22 bennes à ordures ménagères et 55 à 60 bus hydrogène en service en 2035, Dijon métropole permettra d’éviter chaque année 4000 tonnes de rejets de CO2 soit l’équivalent de plus de 18 millions de km en voiture thermique.

Rappelons que Dijon porte un projet dont le budget est de 100 millions d’euros, dont 30% pour la construction des deux stations de production/distribution d’hydrogène et 70% pour le renouvellement des bennes et des bus à hydrogène.

*Déjà 4 en circulation, 4 de plus sont attendues en 2026.

Cet article vous a plu ? Partagez-le !

à propos de l'auteur

Picture of Laurent Meillaud

Laurent Meillaud

Journaliste automobile depuis plus de 30 ans, suivant les évolutions technologiques, je m'intéresse aussi aux énergies alternatives, dont l'hydrogène que je suis depuis 20 ans. J'ai co-écrit un ouvrage à ce sujet en 2007 avec Pierre Beuzit, ancien patron de la R&D chez Renault. Je collabore également depuis 2016 à la newsletter de France Hydrogène.

Nos derniers articles

BFC H2 VERT