Les détails d’Energy Observer 2 révélés le 10 février

Lors d’un sommet international sur les océans, qui se tient la semaine prochaine à Brest, Victorien Erussard donnera les détails sur le prochain bateau à l’hydrogène qu’il veut lancer avec l’aide de partenaires.

Le rendez-vous est fixé le 10 février au One Ocean Summit*, lors du forum sur les navires à zéro émission (9h/10h30). Et on pourra suivre l’événement sur Internet. Le capitaine d’Energy Observer présentera alors les caractéristiques, les performances et les options technologiques choisies de ce nouveau navire laboratoire. Energy Observer 2 sera un navire de charge** polyvalent, intégrant des technologies de rupture, fiabilisées mais encore jamais assemblées sur un bateau d’une telle puissance. La démarche est la même que pour le premier Energy Observer. Ce démonstrateur sera conçu avec des acteurs industriels leaders de l’énergie et du transport.

Rappelons qu’EO a déjà donné lieu une série de premières mondiales, comme l’embarquement d’une chaîne complète de production d’hydrogène à partir de l’électrolyse de l’eau de mer, l’intégration d’une pile à combustible marinisée de grande diffusion, la certification du premier bateau de série alimenté par de l’hydrogène, la mise au point des ailes OceanWings, l’atteinte du Spitzberg sans énergie fossile ou encore l’illumination de la Tour Eiffel à l’hydrogène renouvelable.

*Ce « One Ocean Summit » se tiendra dans le cadre de la Présidence française du Conseil de l’Union européenne et est organisé avec le soutien des Nations Unies.

**sans doute le navire le plus répandu dans la flotte de commerce mondiale

Partagez l'article si vous l'avez appréciez

A propos de l'auteur

Laurent Meillaud

Laurent Meillaud

Journaliste automobile depuis plus de 30 ans, suivant les évolutions technologiques, je m'intéresse aussi aux énergies alternatives, dont l'hydrogène que je suis depuis 20 ans. J'ai co-écrit un ouvrage à ce sujet en 2007 avec Pierre Beuzit, ancien patron de la R&D chez Renault. Je collabore également depuis 2016 à la newsletter de France Hydrogène.

Vous devriez aimer

Laissez un commentaires

H2Today / Seiya Consulting