Eolien off-shore : un futur eldorado pour l’hydrogène ?

éolien off-shore hydrogène
Éolien off-shore : un futur eldorado pour l’hydrogène ?

Dans le cadre de HyPorts, Evolen a proposé une session sur la production d’hydrogène en mer à partir de l’énergie éolienne au large des côtes. L’occasion d’avoir un éclairage par Equinor et Lhyfe.

Animée par Philippe Muguerra, responsable de projets dans l’hydrogène chez Hynamics (groupe EDF), la session a été l’occasion d’évoquer l’existence d’un groupe de travail au sein d’Evolen, et qui fait le lien avec la DGEC et des organismes de soutien à l’innovation tels que le CITEPH et le CORIMER. M. Muguerra a indiqué que si ce type de production est tout juste naissant en France, il est beaucoup plus mature en Europe du Nord, où la production d’hydrogène en mer est le moyen de reconvertir les installations de l’industrie pétrolière et gazière. Et parmi ces infras, il y a notamment les pipelines pour acheminer l’hydrogène à terre.

Equinor : la maîtrise du gaz et de l’éolien

Et c’est justement Equinor, le plus gros fournisseur de gaz en Europe, qui a d’abord pris la parole. Alexis Darquin, responsable des projets d’éolien off shore d’énergies renouvelables, a ainsi évoqué des déploiements en Ecosse et en Norvège (où a été déployée la plus grande ferme éolienne flottante). Equinor est impliqué dans des projets sur l’hydrogène tels que North2 aux Pays-Bas (4 GW en 2030). L’ambition du groupe est d’obtenir une part de marché de 10 % dans l’hydrogène vert à l’horizon 2030.

Lhyfe : de Sealhyfe à HOPE

C’est ensuite Lhyfe, par l’intermédiaire d’Antoine Decout, en charge du développement, qui a présenté sa plateforme Sealhyfe. Hydrogen Today vous a parlé à plusieurs reprises de cette plateforme, qui a d’abord été testée à quai à Saint-Nazaire, puis au large des côtes pendant quelques mois. Le producteur d’hydrogène vert entend passer à l’échelle avec le projet HOPE en Belgique. Alors que Lhyfe produit 300 kg par jour à Bouin (Vendée) et va passer à 2 tonnes/jour sur les sites de Buléon (Morbihan) et Bessières (Haute-Garonne), il est question là de 4 tonnes par jour. Le projet, qui doit aboutir en 2026, est financé à hauteur de 20 millions d’euros par l’Europe et de 13 millions par la Belgique. L’hydrogène sera acheminé à terre par un pipeline en composite.

Vous voulez en savoir plus sur Lhyfe ? Alors nos derniers articles sur cet acteur devraient vous intéresser. Vous pouvez accéder à tous nos articles écrits sur Lhyfe ici.

Cet article vous a plu ? Partagez-le !

à propos de l'auteur

Laurent Meillaud

Laurent Meillaud

Journaliste automobile depuis plus de 30 ans, suivant les évolutions technologiques, je m'intéresse aussi aux énergies alternatives, dont l'hydrogène que je suis depuis 20 ans. J'ai co-écrit un ouvrage à ce sujet en 2007 avec Pierre Beuzit, ancien patron de la R&D chez Renault. Je collabore également depuis 2016 à la newsletter de France Hydrogène.

Nos derniers articles

2