L’Europe valide 6,9 milliards d’aides d’Etat pour un troisième IPCEI hydrogène

Un troisième IPCEI hydrogène en Europe
L’Europe valide 6,9 milliards d’aides d’Etat pour un troisième IPCEI hydrogène

Après l’IPCEI Hy2Tech et l’IPCEI H2Use, voici un troisième projet important d’intérêt européen commun (PIIEC), portant sur les infrastructures de transport de l’hydrogène. Il a pour nom Hy2Infra et concerne 7 Etats-membres de l’Europe, dont la France.

Les autres pays sont l’Allemagne (qui est à l’origine de cette initiative), l’Italie, les Pays-Bas, la Pologne, le Portugal et la Slovaquie. Selon le communiqué, les États membres fourniront jusqu’à 6,9 milliards d’euros de financement public, ce qui devrait débloquer en complément 5,4 milliards d’euros d’investissements privés. Dans le cadre de cet IPCEI, 32 entreprises ayant des activités dans un ou plusieurs États membres, y compris des PME, participeront à 33 projets.

Ce troisième IPCEI Hy2Infra couvrira une large partie de la chaîne de valeur de l’hydrogène. Il prévoit le déploiement de 3,2 GW d’ électrolyseurs à grande échelle pour produire de l’hydrogène renouvelable. Mais, on note surtout le déploiement de pipelines de transport et de distribution d’hydrogène (nouveaux ou reconvertis), sur une longueur d’environ 2 700 km. C’est un bon signal pour l’Europe des tuyaux et la dorsale que portent plusieurs opérateurs.

Cet IPCEI intègre également le développement d’installations de stockage d’hydrogène à grande échelle d’une capacité d’au moins 370 GWh. En vue de futures importations, le programme prévoit également la construction de terminaux de manutention et d’infrastructures portuaires associées pour les transporteurs d’hydrogène organique liquide (les fameux LOHC) pour traiter 6 000 tonnes d’hydrogène par an.

Des projets bouclés d’ici 2029

Du point de vue du calendrier, la mise en place des électrolyseurs à grande échelle se fera entre 2026 et 2028, et celle des pipelines entre 2027 et 2029 selon les zones géographiques.

Hydrogen Europe se félicite de ce projet, qui va venir compléter des pièces du puzzle. « On va pouvoir ainsi monter en puissance et répondre à la demande, tout en disposant d’un réseau de transport à l’échelle de l’Europe », commente Stephen Jackson, Directeur Général Adjoint de l’association.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est hy2infra_workstreams_memo_en.jpg.

Il est à noter que Lhyfe est le seul acteur à arborer le drapeau français. Air Liquide est également mobilisé, à travers sa filiale allemande.

Cet article vous a plu ? Partagez-le !

à propos de l'auteur

Laurent Meillaud

Laurent Meillaud

Journaliste automobile depuis plus de 30 ans, suivant les évolutions technologiques, je m'intéresse aussi aux énergies alternatives, dont l'hydrogène que je suis depuis 20 ans. J'ai co-écrit un ouvrage à ce sujet en 2007 avec Pierre Beuzit, ancien patron de la R&D chez Renault. Je collabore également depuis 2016 à la newsletter de France Hydrogène.

Nos derniers articles

Osez l'hydrogène