La Norvège avance sur le ferry à hydrogène

Ferry à hydrogène Norvège

La Norvège avance sur le ferry à hydrogène

Un an après avoir été agrée par la Lloyd’s pour opérer des ferries à hydrogène entre Bodo et les îles Lofoten, la compagnie Torghatten Nord a passé un accord avec Green H pour bénéficier d’hydrogène vert.

Nous parlons ici d’un deal sur 15 ans, avec une usine qui va produire massivement de l’hydrogène (6 tonnes par jour). Cet hydrogène vert se destinera aux deux ferries qui seront mis en service en 2025. Il s’agit de navires au GNL, reconvertis à l’hydrogène. D’une longueur de 120 m, ils navigueront dans une zone située à 100 km de l’océan arctique.

Green H se félicite de ce partenariat, car la décarbonation du transport maritime est l’une de ses priorités.

La mise en service de ferries H2 va favoriser la création d’un hub hydrogène à Bodo. La ville abrite également des opérateurs de transport terrestre, un aéroport, ainsi qu’une industrie piscicole qui a des besoins en oxygène (généré lors de la production d’hydrogène). De plus, il y a un nouvel éco-quartier. La concentration de clients potentiels est un atout pour Bodo, qui veut devenir une ville verte et intelligente.

En attendant, l’usine de Green H va pouvoir contribuer au chauffage urbain de la ville, grâce à la chaleur générée par la production d’hydrogène. Les habitants pourront dire « thank you ferry much ».

Vous voulez en savoir plus sur le ferry à hydrogène en Norvège ? Alors notre dernier article sur le sujet devrait vous intéresser. Vous pouvez lire notre article sur l’entreprise Norled ici.

PS: Vous souhaitez suivre l’actualité de l’hydrogène de manière plus régulière ? Vous pouvez vous inscrire à nos newsletters.
1) « Vos actualités hydrogène en direct » (pour recevoir tous nos articles dès leur publication).
2) « Votre newsletter hebdo » (envoyée tous les lundi en fin de matinée). 

Cet article vous a plu ? Partagez-le !

à propos de l'auteur

Laurent Meillaud

Laurent Meillaud

Journaliste automobile depuis plus de 30 ans, suivant les évolutions technologiques, je m'intéresse aussi aux énergies alternatives, dont l'hydrogène que je suis depuis 20 ans. J'ai co-écrit un ouvrage à ce sujet en 2007 avec Pierre Beuzit, ancien patron de la R&D chez Renault. Je collabore également depuis 2016 à la newsletter de France Hydrogène.

Nos derniers articles

2