Moteur H2 : de plus en plus de demandes selon FEV

Pour ce dernier jour des Journées Hydrogène dans les territoires, FEV France ouvrait les portes de son centre technique de Saint-Etienne-du-Rouvray, près de Rouen. L’occasion de communiquer sur le moteur à combustion H2.

Et ce moteur était déjà visible sur le stand de l’entreprise. Il s’agit du moteur « ICE H2 », élaboré en collaboration avec Oreca en vue du Dakar. Un moteur à combustion qui utilise de l’hydrogène comme carburant, à la place de l’essence. Le groupe allemand d’ingénierie FEV connaît bien l’univers du moteur et il connaît aussi l’hydrogène. Au sein de la filiale française, le centre de Rouen est le seul à disposer de bancs de test pour la pile à combustible et pour le moteur à hydrogène.

Agnostique, FEV travaille sur les deux technologies. Le fait est que le moteur à hydrogène gagne du terrain. Ainsi, le site a déjà pu tester une douzaine de moteurs développés par des industriels. La solution fait sens, car avec une injection directe, le rendement est quasi-équivalent à celui d’un ensemble pile à combustible et moteur électrique. Le gain est en effet de 99 % pour le CO2 et de 97 % pour les NOx (les oxydes d’azote), un point qui soulève des critiques.

Pour le secteur automobile, la technologie serait le moyen de se conformer facilement aux normes Euro 7 de pollution, prévues pour 2025. Et, qui sait ?, peut-être de continuer à faire du moteur thermique en 2035 (si le caractère zéro CO2 est reconnu).

Quoi qu’il en soit, il y a du potentiel pour le camion et le BTP. Et la liste des industriels qui veulent se lancer dans le moteur H2 ne cesse de s’allonger.

Partagez l'article si vous l'avez appréciez

A propos de l'auteur

Laurent Meillaud

Laurent Meillaud

Journaliste automobile depuis plus de 30 ans, suivant les évolutions technologiques, je m'intéresse aussi aux énergies alternatives, dont l'hydrogène que je suis depuis 20 ans. J'ai co-écrit un ouvrage à ce sujet en 2007 avec Pierre Beuzit, ancien patron de la R&D chez Renault. Je collabore également depuis 2016 à la newsletter de France Hydrogène.

Vous devriez aimer

Laissez un commentaires

H2Today / Seiya Consulting