La formule E pourrait à terme adopter l’hydrogène

Selon des propos tenus par Alejandro Agag, le patron de la discipline, la pile à combustible fait partie des technologies possibles pour la 4e génération de monoplaces électriques.

Il ne s’agit que d’une hypothèse à ce stade. Mais elle est encourageante pour la filière. Au micro de Motorsport.TV, l’entrepreneur espagnol a souligné que « L’hydrogène fait partie de la licence qu’a la Formule E avec la FIA [un supposé accord exclusif sur 25 ans pour les courses de monoplaces électriques] ». Et ce type d’électrification pourrait s’appliquer à la Gen4, qui arrivera dans cinq ans. « Nous devons maintenant débuter les discussions, a indiqué Alejandro Agag. « Nous inviterons évidemment les constructeurs qui sont avec nous actuellement. Mais nous étendrons aussi notre groupe à tous les constructeurs afin de lancer des idées avec un état d’esprit très ouvert concernant ce à quoi devrait ressembler la Gen4. Tout est ouvert. Tout peut arriver », a lancé le patron de la formule E.

« Il y a deux manières d’utiliser l’hydrogène », a-t-il ensuite expliqué. « L’une est de le brûler, ce qui est très inefficace, mais certains travaillent dessus pour que ce soit plus efficient. L’autre, que nous utiliserions, est une pile à combustible à hydrogène qui produit de l’électricité et alimente ensuite un moteur électrique. Dès que ces technologies commenceront à être plus largement disponibles et fonctionnelles en course, nous les étudierons ».

La FIA devrait avoir un regard bienveillant sur ce choix technique. Rappelons qu’en Endurance, l’Automobile Club de l’Ouest travaille également sur la technologie à travers son projet MissionH24 avec GreenGT. Par ailleurs, l’hydrogène est déjà utilisé sus forme de groupe électrogène pour recharger des batteries de véhicules électriques en compétition, en e-TCR et en Extreme E.

Partagez l'article si vous l'avez appréciez

A propos de l'auteur

Laurent Meillaud

Laurent Meillaud

Journaliste automobile depuis plus de 30 ans, suivant les évolutions technologiques, je m'intéresse aussi aux énergies alternatives, dont l'hydrogène que je suis depuis 20 ans. J'ai co-écrit un ouvrage à ce sujet en 2007 avec Pierre Beuzit, ancien patron de la R&D chez Renault. Je collabore également depuis 2016 à la newsletter de France Hydrogène.

Vous devriez aimer

Laissez un commentaires

H2Today / Seiya Consulting