France Hydrogène recense les métiers de demain

France Hydrogène vient de publier un livre blanc. Celui-ci porte sur les compétences et les métiers de demain dans le domaine de l’hydrogène. Alors que plus de 100 000 emplois vont être créés dans ce secteur, à l’horizon 2030, il est temps de développer une filière nationale solide.

Le document traite l’ensemble de la chaine de valeur : des fabricants d’équipements et de composants (électrolyseurs, piles à combustible, réservoirs, véhicules, stations de recharge…) aux intégrateurs et fournisseurs de services (études, maintenance, audit).

France Hydrogène identifie en tout 84 métiers. Il s’avère que 27 d’entre eux nécessitent une expertise de l’hydrogène et 41 ont besoin d’une connaissance de base. Les 16 restants ne nécessitent pas de connaissances spécifiques.

Si la filière fait appel à des métiers existants, auxquels il faut ajouter une « coloration hydrogène », la spécialisation est dispensée actuellement en entreprise, faute d’une offre de formation initiale suffisamment développée aujourd’hui. La filière étant en phase d’industrialisation, France Hydrogène note que les activités de conception sont prédominantes, avec des profils d’ingénieurs multi-domaines plébiscités. Ainsi, 49 métiers sur 84 sont accessibles par des profils dotés a minima d’un bac+5 scientifique. Ces ingénieurs doivent pour beaucoup maitriser les domaines techniques liés à l’hydrogène comme le génie électrique, la mécanique des fluides, les aspects Qualité-Sécurité-Environnement.

Toutefois, la montée en puissance des technologies et le déploiement progressif d’installations de production et de distribution d’hydrogène, dans plusieurs bassins du territoire, va nécessiter à court terme des profils de techniciens et d’opérateurs. Ces profils nécessiteront une forte maitrise opérationnelle de la mécanique, de la métrologie et du génie électrique.

Les métiers de la filière hydrogène font appel à des compétences techniques déjà très demandées par d’autres filières industrielles. L’association relève que 17 métiers sont déjà identifiés comme en tension.

« La filière hydrogène peut faire changer l’image et la perception de l’industrie en France, estime Philippe Boucly, Président de France Hydrogène. « Du chaudronnier à l’ingénieur en matériaux, soudeur ou électromécanicien, tous sont requis par cette filière industrielle d’excellence qui valorise les métiers de l’innovation et de la transition écologique », déclare-t-il. Mais, pour lui, « des efforts doivent immédiatement se porter sur le développement de formations pour palier le risque de pénurie de savoir-faire ». Le Président de France Hydrogène se montre cependant « confiant », car « les moyens sont là notamment avec le volet emploi-formation du plan de relance et celui du développement de compétences de la Stratégie nationale Hydrogène ».

Partagez l'article si vous l'avez appréciez

A propos de l'auteur

Laurent Meillaud

Laurent Meillaud

Journaliste automobile depuis plus de 30 ans, suivant les évolutions technologiques, je m'intéresse aussi aux énergies alternatives, dont l'hydrogène que je suis depuis 20 ans. J'ai co-écrit un ouvrage à ce sujet en 2007 avec Pierre Beuzit, ancien patron de la R&D chez Renault. Je collabore également depuis 2016 à la newsletter de France Hydrogène.

Vous devriez aimer

Laissez un commentaires

H2Today / Seiya Consulting