GCK vise un leadership en mobilité hydrogène

Créé par l’entrepreneur savoyard Guerlain Chicherit et l’industriel clermontois Éric Boudot, le groupe s’investit dans la mobilité propre, et en particulier l’hydrogène. Il va mettre les bouchées doubles en 2022.

Grâce à son pôle Technologie & Industrie, GCK dispose aujourd’hui de compétences dans les batteries lithium-ion, les moteurs électriques, les moteurs à combustion alimentés par hydrogène ou encore les systèmes de pile à combustible. Et il peut les intégrer dans tout type de véhicules à travers son expertise dans le domaine du rétrofit. Le groupe a d’ailleurs enregistré des précommandes, notamment de dameuses, de bus et d’autocars convertis à l’hydrogène.

De plus, GCK a signé des partenariats technologiques d’envergure avec plusieurs acteurs de la filière hydrogène française afin de commercialiser ses solutions.

Cette forte croissance s’appuiera dès le printemps 2022 sur le doublement de ses effectifs pour atteindre 130 salariés et sur l’ouverture d’un nouveau site de production industrielle de 2 500m2 en périphérie de Clermont-Ferrand. Y seront assemblés dès le deuxième semestre de l’année quatre prototypes de dameuse, bus, autocar et véhicule utilitaire destinés à l’homologation et à la commercialisation.

Partagez l'article si vous l'avez appréciez

Partager sur twitter
Partager sur linkedin

A propos de l'auteur

Laurent Meillaud

Laurent Meillaud

Journaliste automobile depuis plus de 30 ans, suivant les évolutions technologiques, je m'intéresse aussi aux énergies alternatives, dont l'hydrogène que je suis depuis 20 ans. J'ai co-écrit un ouvrage à ce sujet en 2007 avec Pierre Beuzit, ancien patron de la R&D chez Renault. Je collabore également depuis 2016 à la newsletter de France Hydrogène.

Vous devriez aimer

Laissez un commentaires

Laisser un commentaire

H2Today / Seiya Consulting