Pas de métaux rares : un électrolyseur Gen-Hy sans bouillir

Pas de métaux rares : un électrolyseur Gen-Hy sans bouillir
Pas de métaux rares : un électrolyseur Gen-Hy sans bouillir

Désolé pour le titre un peu pourri. Il ne doit pas détourner du fait que la société fondée par Sébastien Le Pollès obtient de belles performances sans métaux nobles.

Gen-Hy se positionne en effet sur la technologie de l’électrolyse avec des membrane à échange d’anions. Une technologie qui permet d’atteindre des rendements de plus de 85 % contre 65 % en moyenne actuellement sur le marché. La société développe des catalyseurs haute performance à base de nanoparticules de nickel, un métal abondant et bon marché. Gen-Hy remplace ainsi le platine et l’iridium, des métaux rares et chers, couramment utilisés dans les catalyseurs.

L’amélioration du process est liée à une augmentation de la surface de contact entre le catalyseur et l’eau rendue possible par l’utilisation de nano-catalyseurs déposés sur les membranes Gen-AEM. Grâce à un procédé d’application inédit sur le marché, Gen-Hy améliore les performances de l’électrolyse et augmente de 30 % la quantité d’hydrogène produit pour un électrolyseur de 1 MW.

Vous voulez en savoir plus sur Gen-Hy ? Alors nos derniers articles sur la société française devraient vous intéresser. Vous pouvez accéder à tous nos articles écrits sur Gen-Hy juste ici.

Vous utilisez LinkedIn et vous souhaitez suivre l’actualité de l’hydrogène de manière plus régulière ? Alors notre newsletter LinkedIn hebdomadaire devrait vous intéresser. Vous pouvez vous y abonner ici

PS: Vous souhaitez suivre l’actualité de l’hydrogène de manière plus régulière ? Vous pouvez vous inscrire à nos newsletters.
1) « Vos actualités hydrogène en direct » (pour recevoir tous nos articles dès leur publication).
2) « Votre newsletter hebdo » (envoyée tous les lundis en fin de matinée). 

Cet article vous a plu ? Partagez-le !

à propos de l'auteur

Laurent Meillaud

Laurent Meillaud

Journaliste automobile depuis plus de 30 ans, suivant les évolutions technologiques, je m'intéresse aussi aux énergies alternatives, dont l'hydrogène que je suis depuis 20 ans. J'ai co-écrit un ouvrage à ce sujet en 2007 avec Pierre Beuzit, ancien patron de la R&D chez Renault. Je collabore également depuis 2016 à la newsletter de France Hydrogène.

Nos derniers articles

Osez l'hydrogène