Accord entre Genvia et Airbus sur les SAF

Genvia Airbus SAF
Accord entre Genvia et Airbus sur les SAF

Juste avant Hyvolution, les deux partenaires ont annoncé un accord. Genvia, qui propose un électrolyseur à haute température, va produire de l’hydrogène bas carbone qui servira d’ingrédient pour élaborer des carburants durables pour l’aviation.

L’accord prévoit d’évaluer plusieurs modes de production. Il y aura par exemple la production d’hydrogène à partir d’un électrolyseur de type SOEC (Solid Oxide Electrolyzer Cells) que Genvia développe, en alternative aux technologies PEM, mais aussi de gaz synthétique (syngas), combiné avec différentes sources de CO2. L’étude sera menée pendant la première moitié de l’année, avec le concours financier de la région Occitanie.

Ces ingrédients serviront à faire du e-kérosène que souhaite utiliser Airbus. Les avions et hélicoptères du groupe peuvent utiliser ce type de carburant sous forme de mélange, à hauteur de 50%. L’objectif est de passer à un taux de 100% en 2030. Précisons au passage que les SAF permettent de réduire de 80% les émissions de CO2, par rapport aux carburants d’origine fossile.

Selon l’IATA, pas moins de 100 millions de tonnes d’hydrogène seront nécessaires d’ici 2050 pour aider à produire des carburants durables pour l’aviation. La région Occitanie explorera aussi, en fonction des résultats de l’étude, et avec Genvia et Airbus, les possibilités d’implanter une usine de production de SAF sur le territoire.

Vous voulez en savoir plus sur Genvia, Airbus et les SAF ? Alors nos derniers articles sur les deux groupes devraient vous intéresser. Vous pouvez accéder à tous nos articles écrits sur Genvia ici et sur Airbus .

Vous utilisez LinkedIn et vous souhaitez suivre l’actualité de l’hydrogène de manière plus régulière ? Alors notre newsletter LinkedIn hebdomadaire devrait vous intéresser. Vous pouvez vous y abonner ici

Partagez si vous avez aimé

à propos de l'auteur

Laurent Meillaud

Laurent Meillaud

Journaliste automobile depuis plus de 30 ans, suivant les évolutions technologiques, je m'intéresse aussi aux énergies alternatives, dont l'hydrogène que je suis depuis 20 ans. J'ai co-écrit un ouvrage à ce sujet en 2007 avec Pierre Beuzit, ancien patron de la R&D chez Renault. Je collabore également depuis 2016 à la newsletter de France Hydrogène.

Nos derniers articles

Seiya recrute