GH Power : un procédé 60 % moins cher que l’électrolyse

GH Power

Grâce son réacteur, qui nécessite seulement de l’eau et de l’aluminium pour produire de l’hydrogène, la société canadienne GH Power promet des coûts compétitifs par rapport au reformage du gaz naturel. Et sans produire de CO2.

Dirigée par des experts de l’énergie, GH Power est une société basée dans l’Ontario, au Canada. Elle a développé un procédé assez unique de réacteur qui, à partir d’eau et d’aluminium recyclé, utilise des réactions exothermiques. Il est ainsi possible d’obtenir de l’hydrogène renouvelable, de l’alumine (trioxyde d’aluminium) et de la chaleur. C’est un process « trois en un ».

L’hydrogène obtenu par le réacteur est propre, avec zéro émission, zéro carbone et zéro déchet. GH Power estime que ce procédé est déjà plus compétitif que l’électrolyse. Elle vise un coût de 2 $ canadiens par kg (environ 1,4 €). Un coût qui pourrait être réduit de moitié avec un autre réacteur utilisant du fer au lieu de l’aluminium.

Pour le moment, le premier réacteur commercial est en test à Hamiton, dans l’Ontario. La société met en avant la modularité de son produit, dont la capacité peut aller de 1 à 27 MW. Elle a en projet une usine de production d’hydrogène, avec une capacité de 11,7 millions de tonnes par an. La grande force de ce réacteur est d’être multifonctions. L’alumine qu’il produit au passage entre par exemple dans la composition des éclairages à LED, des batteries lithium-ion et des semiconducteurs.

La société souligne également qu’elle peut valoriser des matériaux recyclés.

PS: Vous souhaitez suivre l’actualité de l’hydrogène de manière plus régulière ? Vous pouvez vous inscrire à nos newsletters.
1) « Vos actualités hydrogène en direct » (pour recevoir tous nos articles dès leur publication).
2) « Votre newsletter hebdo » (envoyée tous les lundi en fin de matinée). 

Cet article vous a plu ? Partagez-le !

à propos de l'auteur

Picture of Laurent Meillaud

Laurent Meillaud

Journaliste automobile depuis plus de 30 ans, suivant les évolutions technologiques, je m'intéresse aussi aux énergies alternatives, dont l'hydrogène que je suis depuis 20 ans. J'ai co-écrit un ouvrage à ce sujet en 2007 avec Pierre Beuzit, ancien patron de la R&D chez Renault. Je collabore également depuis 2016 à la newsletter de France Hydrogène.

Nos derniers articles

carte interactive monde