Projet Hyceval : un groupe électrogène à moteur hydrogène

Projet Hyceval : un groupe électrogène à moteur hydrogène
Projet Hyceval : un groupe électrogène à moteur hydrogène

Lors de l’inauguration du nouveau laboratoire Soonly, l’Université d’Orléans a évoqué un projet financé par France 2030 et qui a permis de développer un nouveau type de groupe électrogène.

Pile et moteur H2 : deux technologies complémentaires, pour la mobilité comme dans les usages stationnaires. Porté et coordonné par Borgwarner (aujourd’hui Phinia), le projet Hyceval vise à concevoir 2 véhicules/machines à moteurs à combustion interne à hydrogène, ceci dans le but de répondre à la nouvelle norme européenne zéro émission (émission inférieure à 1g de CO2/kWh). Si un moteur est prévu pour un usage roulant, pour des travaux autoroutiers, le second se destine aux groupes électrogènes.

Et ce générateur a été exposé hier, lors de l’inauguration du labo Soonly. Au lieu de faire appel à une pile à combustible, il intègre un moteur à 6 cylindres (6,8 L) et brûle de l’hydrogène au lieu de fonctionner au Diesel. L’intérêt se situe au niveau du coût et de la performance. Sa puissance est de 180 kW.

Dans le cadre de ce projet, Phinia est en charge de la définition du système d’injection d’hydrogène (composants hydrauliques et contrôle du moteur) ; Caillau de la définition du système de fixation du réservoir, étanchéité et distribution ; Duncha de la distribution du fluide au système : tubes et connections ; John Deere de la définition du bloc moteur et intégration véhicule ; et enfin l’Université d’Orléans des recherches avancées en combustion.

Sur la base d’un moteur Diesel existant, le challenge consistait à « optimiser la combustion d’hydrogène par une suralimentation couplée à une injection directe, un allumage par bougie, un mélange air-hydrogène efficace, une limitation des températures de combustion afin de réduire à la source la production des oxydes ».

Partagez si vous avez aimé

à propos de l'auteur

Laurent Meillaud

Laurent Meillaud

Journaliste automobile depuis plus de 30 ans, suivant les évolutions technologiques, je m'intéresse aussi aux énergies alternatives, dont l'hydrogène que je suis depuis 20 ans. J'ai co-écrit un ouvrage à ce sujet en 2007 avec Pierre Beuzit, ancien patron de la R&D chez Renault. Je collabore également depuis 2016 à la newsletter de France Hydrogène.

Nos derniers articles

Seiya recrute