Honda se diversifie autour de la pile à combustible

Honda pile à combustible
Honda se diversifie autour de la pile à combustible

Avec un temps de retard sur Toyota et Hyundai, Honda souhaite également élargir les champs d’application de la pile à combustible. Au-delà des voitures, il veut investir les véhicules utilitaires, les engins de chantier et les applications stationnaires.

Que ce soit dans l’hybride ou l’hydrogène, Honda semble toujours à contretemps par rapport à Toyota et ne rencontre pas le même succès. Pourtant, sur un plan technique, celui qui est le plus grand motoriste du monde n’a rien à envier à son rival. A l’occasion d’un briefing qui s’est tenu cette semaine à Tokyo, le groupe a présenté sa stratégie et ses derniers produits.

Honda confirme d’abord la sortie d’une version à hydrogène du CR-V

En ce qui concerne la mobilité, Honda confirme d’abord la sortie d’une version à hydrogène du CR-V. Lancé en Amérique du Nord, le SUV embarquera la dernière génération de pile à combustible codéveloppée avec General Motors dans le cadre de leur structure commune*. Par rapport à celle de la Clarity FCEV, et dont la génération précédente date de 2019, la pile coûte un tiers de moins et dure deux fois plus longtemps. Honda et GM se fixent pour objectif de réduire encore de moitié ce prix et de doubler encore la durée de vie d’ici 2030. A côté de l’automobile, où il pense devenir plus compétitif à la fin de la décennie, l’industriel japonais va proposer sa technologie sur d’autres segments de la mobilité.

Ainsi, Honda vient de démarrer en Chine un test avec un camion de Dongfeng Motor Group. Et au Japon, un autre est prévu avec Isuzu Motors, avec qui la marque coopère pour développer un camion à hydrogène. Dans ce pays, Honda s’implique aussi au niveau de l’infrastructure, pour les camions avec Marubeni Corporation et Iwatani Corporation, et plus globalement au sein du consortium Japan H2 Mobility. Aux USA, il collabore avec Shell et FirstElement Fuel.

Les applications vont se diversifier

A partir de 2025, les applications vont se diversifier. En parallèle de l’auto et du camion, Honda va investir les engins de chantier (du type pelleteuses) et proposer des piles pour des applications stationnaires. Le groupe estime qu’il y a un besoin à satisfaire pour alimenter en énergie les data centers. Il a déjà mené des tests à partir de la pile de la Clarity FCEV. Récemment, Honda a aussi communiqué sur son partenariat avec l’agence spatiale japonaise (JAXA) pour produire de l’hydrogène sur la lune.

L’objectif est de passer de 2 000 piles par an en 2025 à 6 000 par an en 2030, puis des centaines de milliers par an en 2040.

Au-delà de cette position de fournisseur de piles, comme le font déjà Toyota et Hyundai (et en concurrence frontale avec Ballard, EKPO, Symbio et bien d’autres), Honda entend aussi être un acteur de l’écosystème. Il a manifesté dans le cadre du briefing son intention de se greffer sur des projets. Une volonté qui va l’amener aussi à être plus actif en Europe.

*Les deux partenaires travaillent ensemble depuis 2013

PS: Vous souhaitez suivre l’actualité de l’hydrogène de manière plus régulière ? Vous pouvez vous inscrire à nos newsletters.
1) « Vos actualités hydrogène en direct » (pour recevoir tous nos articles dès leur publication).
2) « Votre newsletter hebdo » (envoyée tous les lundis en fin de matinée). 

Vous voulez en savoir plus sur Honda ? Vous pouvez accéder à tous nos articles écrits sur cet acteur ici.

Vous pouvez également vous abonner ànotre newsletter LinkedIn hebdomadaire ici

Cet article vous a plu ? Partagez-le !

à propos de l'auteur

Picture of Laurent Meillaud

Laurent Meillaud

Journaliste automobile depuis plus de 30 ans, suivant les évolutions technologiques, je m'intéresse aussi aux énergies alternatives, dont l'hydrogène que je suis depuis 20 ans. J'ai co-écrit un ouvrage à ce sujet en 2007 avec Pierre Beuzit, ancien patron de la R&D chez Renault. Je collabore également depuis 2016 à la newsletter de France Hydrogène.

Nos derniers articles

Advert here 2