Hopium revoit sa gouvernance

Après l’euphorie, le tour de vis ? La jeune marque a engagé des financiers pour rationaliser les dépenses et son fondateur est rétrogradé au rang de directeur général adjoint en charge du produit.

Dans un article relayé avec gourmandise par ceux qui ne croient pas au projet ou à la voiture à hydrogène, Les Echos évoquent un « retour sur terre » et parlent de « fins de mois difficiles ». Qu’en est-il ? Le 22 décembre, Hopium a publié un communiqué qui annonce que la société « renforce sa gouvernance opérationnelle et fixe ses nouvelles priorités stratégiques pour le développement de l’Hopium Machina ». Trois jours plus tôt, le 19, le Conseil d’Administration a « décidé de renforcer la gouvernance opérationnelle de la société dans le cadre d’une feuille de route redéfinie en tenant compte des capacités de financement et de nouveaux objectifs opérationnels ».

La première information est qu’Olivier Lombard, pilote et fondateur de la marque, est nommé Directeur général adjoint en charge du produit Hopium Machina, « dont la plateforme technologique et le système pile à combustible, piliers de la stratégie ».

En parallèle, l’entreprise a nommé deux directeurs généraux qui « apporteront leurs expertises acquises dans le pilotage de grands groupes internationaux ». Le premier DG est Sylvain Laurent, qui a occupé des postes de direction chez IBM, Siemens et Dassault Systèmes. Il connaît bien l’entreprise, puisqu’il était administrateur d’Hopium depuis décembre 2021. Le second, qui est DG délégué, est Philippe Baudillon. Cet énarque a exercé plusieurs fonctions de direction générale dans l’univers du sport et des médias. Il a notamment été PDG de Clear Channel France

Les priorités pour 2023 sont d’ajuster la structure de charges et de poursuivre le développement du système de pile à combustible à hautes performances.

Sur le premier point, le communiqué précise qu’Hopium dispose d’une ligne de financement obligataire conclue en octobre 2022 avec la société Atlas Special Opportunities d’un montant brut maximum de 21,5 M€, et d’une ligne de financement conclue le 13 juin 2022 avec la société LDA d’un montant brut maximum de 50 M€. La société dispose par ailleurs du soutien de ses actionnaires historiques qui ont décidé de procéder à un apport en compte courant d’associés à hauteur de 1,9 M€, portant le montant des apports en compte courant d’associés à 5,4 M€. La marque continue « d’explorer en parallèle d’autres sources de financement et différents schémas industriels ». On peut noter que le cours de bourse n’a pas été affecté par ce communiqué, ni par l’article des Echos.

Sur le second point, Hopium se prépare à un recentrage. Dans le communiqué, on peut lire que la volonté est de « séquencer le développement de prochains prototypes » et « ajuster les effectifs en fonction des priorités stratégiques ». Autant de mesures qui « permettront de mieux répartir le besoin de financement de la société dans les prochains mois ».

La société « détaillera sa feuille de route à l’occasion de la présentation de ses comptes annuels ».

On peut aussi relever que le constructeur adopte un profil bas en matière de communication. Il n’y a plus d’activité depuis un mois sur les réseaux sociaux liés à Hopium, que ce soit celui de la marque, celui de Jean-Baptiste Djebbari, Président du conseil d’administration, ou d’Olivier Lombard, dont le profil LinkedIn affiche toujours « CEO de Hopium ».


Partagez si vous avez aimé

à propos de l'auteur

Laurent Meillaud

Laurent Meillaud

Journaliste automobile depuis plus de 30 ans, suivant les évolutions technologiques, je m'intéresse aussi aux énergies alternatives, dont l'hydrogène que je suis depuis 20 ans. J'ai co-écrit un ouvrage à ce sujet en 2007 avec Pierre Beuzit, ancien patron de la R&D chez Renault. Je collabore également depuis 2016 à la newsletter de France Hydrogène.

Vous devriez aimer

Laissez un commentaire

H2Today / Seiya Consulting